L’intelligence artificielle pourrait contribuer à éviter des examens inutiles chez les patients présentant des douleurs thoraciques stables


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une recherche, présentée lors de la Conférence internationale sur la cardiologie nucléaire et la TDM cardiaque (International Conference on Nuclear Cardiology and Cardiac CT) le week-end dernier, suggère que l’utilisation d’un système d’intelligence artificielle (IA) suivant strictement les recommandations pourrait contribuer à prévenir des examens diagnostiques inutiles chez les patients qui présentent des douleurs thoraciques stables. 

Les chercheurs ont réalisé une analyse des coûts d’un système d’aide à la décision (SAD) reposant sur l’IA, appelé système d’intelligence artificielle pour la navigation cardiaque clinique (ARTificial Intelligence for clinical Cardiac nAvigation, ARTICA), par rapport à la méthodologie de référence (MR), chez 982 patients présentant des douleurs thoraciques stables. Une coronaropathie (CP) significative était définie comme une sténose coronarienne supérieure ou égale à 50 % à l’angiographie par TDM (n = 961) ou à la coronarographie invasive (n = 21).

Alors que le SAD a classé 658 patients (67 %) comme n’exigeant « aucun autre examen », la MR n’a classé que 45 patients (4,6 %) comme n’exigeant aucun autre examen. D’après l’angiographie par TDM ou la coronarographie invasive, 639 (97 %) des patients n’exigeant aucun autre examen selon le SAD ne présentaient aucune CP significative, ce qui signifie que la décision était correcte. L’étude a également révélé que le fait d’éviter d’effectuer ces examens permettrait au personnel d’économiser une heure par patient.

Les auteurs affirment que l’approche avec le SAD reposant sur l’IA pourrait permettre de réduire les coûts ainsi que le temps passé par le personnel dans le cadre du triage des patients présentant des douleurs thoraciques stables. « Grâce à une identification plus précoce des patients sans CP significative, le recours à des examens d’imagerie cardiaque inutiles pourrait être réduit », ont-ils ajouté.