L’intelligence artificielle peut-elle contribuer à mieux détecter les polypes ?

  • Wang P & al.
  • Gut
  • 27 févr. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude originale montre la complémentarité de l’intelligence artificielle (IA) et de la coloscopie classique pour améliorer le taux de dépistage des adénomes (TDA) minimes et hyperplasiques dans une population où le TDA est globalement faible. Cette détection automatique en temps réel pourrait être plus largement utilisée dans un avenir proche. Reste cependant à évaluer le ratio coût/bénéfice de cette technique.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Il est admis que le taux de détection des adénomes (TDA) est un indicateur majeur de prévention du cancer colorectal. En effet, l’augmentation de 1% du TDA serait associée à une diminution de 3% du risque de cancer d’intervalle. Or, le taux de polypes non détectés irait jusqu’à 27% (que cela soit lié aux caractéristiques des polypes eux-mêmes ou aux opérateurs). L’intelligence artificielle a récemment montré des résultats prometteurs dans la détection des polypes et adénomes dans des études préliminaires. Il était intéressant de l’évaluer par une étude de plus grande envergure.

Méthodologie

Cette étude prospective, menée en ouvert, a inclus de manière consécutive des patients devant subir une coloscopie avec ou sans assistance automatique en temps réel pour la détection des polypes. Cet outil informe l’opérateur de la détection des polypes, à la fois visuellement et par une alarme sonore. 

Principaux résultats

Au total, 536 sujets ont été randomisés dans le groupe coloscopie standard et 522 dans le groupe coloscopie avec assistance en temps réel. Au total, 767 polypes ont été détectés, 498 (64,93%) dans le groupe système d’intelligence artificielle et 269 (35,07%) dans le groupe contrôle, soit respectivement 0,97 et 0,51 polypes en moyenne par coloscopie (pversus 0,53, p

Ces résultats sont principalement le fait de la détection d’un nombre plus important d’adénomes minimes (185 vs 102, pvs 52, pvs 77, p=0,075). Les taux de faux positifs était de 0,075 alarmes par coloscopie. 

Il serait intéressant maintenant d’évaluer les deux techniques par un essai en double aveugle afin de mieux cerner la réelle contribution de l’IA. 

Principales limitations

Les principales limites de cette étude sont son design en ouvert et son caractère monocentrique dans un centre chinois ne permettant donc pas l’extrapolation des résultats.