L’intelligence artificielle peut-elle améliorer les interactions médecin-patient ?


  • Mary Corcoran
  • Univadis Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le recours à l’intelligence artificielle (IA) dans le cadre des soins de santé a suscité beaucoup d’attention ces dernières années, en particulier concernant la capacité de l’IA à favoriser la prise en charge des affections complexes. Des chercheurs viennent de suggérer que l’IA pourrait également servir à améliorer la communication entre les cliniciens et les patients. 

Selon le professeur Glyn Elwyn, de l’Institut de Dartmouth pour la politique de santé et la pratique clinique (Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice) aux États-Unis, bien que les compétences en communication de nombreux cliniciens n’aient pas été évaluées, il existe des données probantes significatives indiquant que les cliniciens ont souvent du mal à communiquer avec leurs patients. 

M. Elwyn et ses collègues en Irlande et en Écosse suggèrent que l’IA a le potentiel de révolutionner la communication en médecine, en fournissant aux cliniciens des « évaluations personnalisées et hautement détaillées de leurs compétences en communication ». Ils suggèrent que l’IA pourrait servir à enregistrer les interactions et à analyser les mots et les phrases utilisés durant les consultations, pour aider à évaluer si les cliniciens fournissent des informations aux patients dans un langage accessible, s’ils recueillent les opinions des patients et s’ils font des pauses pour donner aux patients l’opportunité de parler. L’IA pourrait également évaluer le tour de parole, ainsi que le ton et le style employés durant les interactions. 

Écrivant dans la revue BMJ, les chercheurs suggèrent qu’une analyse utile de l’intonation et du tour de parole des cliniciens sera réalisable dans quelques années, en précisant toutefois qu’il n’est pas certain que les cliniciens soient réceptifs à l’utilisation de tels outils.