L’insuline humaine est associée à un risque de cancer du poumon élevé dans le cadre d’un DT2

  • Front Endocrinol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’utilisation de l’insuline humaine est associée à un risque accru de cancer du poumon dépendant de la dose et de la durée, chez les patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études précédentes portant sur l’association entre l’utilisation de l’insuline et le risque de cancer du poumon ont obtenu des résultats incohérents.

Protocole de l’étude

  • 1 007 617 personnes atteintes d’un DT2, incluses dans la base de données de l’Assurance santé nationale de Taïwan, ont été évaluées.
  • Financement : ministère de la Science et de la Technologie de Taïwan.

Principaux résultats

  • 156 720 personnes avaient utilisé de l’insuline humaine (utilisateurs actuels ou anciens) et 850 897 n’en avaient jamais pris (non-utilisateurs).
  • Les utilisateurs actuels ou anciens présentaient un taux plus élevé de cancer du poumon incident (1,92 % contre 1,61 % ; 424,45 contre 313,60 pour 100 000 personnes-années).
  • Le risque de cancer du poumon était significativement plus élevé chez les utilisateurs actuels ou anciens que chez les non-utilisateurs (rapport de risque corrigé [RRc] : 1,545 ; IC à 95 % : 1,478–1,614).
  • Le risque était exacerbé chez les utilisateurs anciens ou actuels atteints d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), comparativement aux non-utilisateurs qui n’étaient pas atteints d’une BPCO (RR : 1,891 ; IC à 95 % : 1,767–2,024).
  • Le risque de cancer du poumon augmentait parallèlement à la dose d’insuline humaine (moins de 328 unités : RRc de 1,368 ; 328–16 166 unités : RRc de 1,518 ; 16 166 unités ou plus : RRc de 1,902 ; P 
  • L’incidence de cancer du poumon augmentait avec l’âge chez les utilisateurs actuels ou anciens, et elle était la plus élevée chez ceux de 70 ans ou plus, comparativement à ceux de moins de 40 ans (RR : 14,409 ; P 

Limites

  • Cohorte entièrement taïwanaise.
  • Aucune donnée concernant les antécédents de tabagisme.