L’injection intradermique d’eau stérile est une analgésie efficace pour la douleur dans la partie inférieure du dos

  • Tekin E & al.
  • Am J Emerg Med
  • 20 janv. 2021

  • Par Jenny Blair, MD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Pour les patients se présentant au service des urgences (SU) avec une douleur dans la partie inférieure du dos (DPID), le traitement par injection intradermique d’eau stérile (IIES) a entraîné un soulagement de la douleur supérieur, à la fois immédiatement et à 24 heures, par rapport à des opioïdes par voie intraveineuse (IV).

Pourquoi est-ce important ?

  • La DPID est souvent traitée de manière inefficace par des stéroïdes ou des opioïdes.
  • L’IIES s’est avérée efficace pour d’autres formes de douleur aiguë et chronique, y compris pour la colique néphrétique et l’accouchement.
  • Elle est peu coûteuse, à faible risque et son administration est facile.

Principaux résultats

  • Comparaison entre les participants ayant reçu une IIES et les participants témoins :
    • Le soulagement de la douleur était significativement meilleur 10, 20 et 30 minutes ainsi que 24 heures après l’injection (P 
    • Besoin d’analgésiques sur 24 heures : 23,2 %, contre 89,3 % (P 
    • Besoin d’opioïdes sur 24 heures : 12,5 %, contre 50,0 % (P 
    • Satisfaction des patients excellente, bonne ou normale : 94,6 %, contre 30,4 % (P 

Méthodologie

  • Une étude clinique randomisée et sans aveugle a été menée chez des adultes se présentant au SU avec une DPID « dont la chronicité n’est pas clairement établie » (n = 112).
  • Tous les adultes ont reçu un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) IV au SU et une ordonnance pour un AINS associé à un relaxant musculaire.
  • Les participants ont été affectés de manière aléatoire pour faire l’objet de quatre IIES au niveau des points déclencheurs, par rapport à l’administration de fentanyl IV.
  • Critères d’évaluation : la variation de l’intensité de la douleur.
  • Financement : Aucun financement renseigné.

Limites

  • Il s’agit d’une étude sans mise en aveugle.