L’informatique pourrait aider à personnaliser les conseils diététiques durant la grossesse

  • Bianchi CM & al.
  • Br J Nutr
  • 18 oct. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Il est maintenant admis que l’alimentation de la femme enceinte a un impact sur la santé de la mère mais également sur le développement de l’enfant, in utero, durant son enfance mais également plus tard à l’âge adulte.

Une équipe française a évalué si un programme de diffusion de conseils diététiques personnalisés basé sur un algorithme d’optimisation nutritionnelle pouvait améliorer l’adhésion aux recommandations des femmes enceintes par rapport à la délivrance de conseils standards. Les résultats montrent une amélioration significative de l’indice PANDiet (mesurant l’adéquation individuelle aux recommandations nutritionnelles) notamment sur l’acide alpha linolénique (ALA) et sur les folates. Ces résultats suggèrent que délivrer des conseils personnalisés pour se rapprocher au plus des recommandations en fonction des habitudes alimentaires individuelles grâce à un algorithme d’optimisation pourrait permettre d’améliorer les apports nutritionnels de femmes enceintes.

Protocole de l’étude

Cette étude randomisée, contrôlée, à deux bras, s’est déroulée sur une période de 12 semaines. Elle a été menée en simple aveugle, et a inclus des femmes enceintes reçues pour leur premier rendez-vous médical de suivi de grossesse. Leur alimentation a été évaluée grâce à un questionnaire en ligne recueillant leur consommation alimentaire durant 3 jours non consécutifs au cours de la 2et 3semaine de l’étude, puis à la 11et 12semaine. Au début de la 5semaine, les femmes avaient un premier rendez-vous avec un diététicien durant 30 à 45 min. Puis, au début de la 7et 9semaine elles étaient de nouveau contactées, pour un entretien avec un diététicien par téléphone. Toutes les femmes recevaient un livret d’informations sur les apports nutritionnels recommandées durant la grossesse. Les femmes du bras intervention recevaient en plus 9 conseils diététiques personnalisés identifiés grâce à un algorithme d’optimisation pour améliorer au mieux le score PANDiet (Probability of Adequate Nutrient intake Dietary).

Principaux résultats

Au total, les données de 78 femmes ont analysées, 40 dans le bras intervention et 38 dans le bras contrôle (âge moyen 31 ans, 35% des femmes avaient déjà au moins un enfant, pour 49% le revenu moyen du foyer était supérieure à 5.000 euros mensuel, et 56% avaient un niveau socio-professionnel élevé). L’immense majorité (87%) déclaraient faire attention à avoir une alimentation saine et équilibrée avant leur grossesse et 82% déclaraient y faire encore plus attention depuis qu’elles étaient enceintes. À l’inclusion, le score moyen PANDiet initial était similaire entre les deux groupes, environ 60 points (sur un score maximum de 100 points). Après les 12 semaines de suivi, celui-ci a significativement augmenté dans le groupe ayant bénéficié de conseils personnalisés (+3,6, p=0,02) alors qu’il était resté inchangé dans le groupe contrôle (p=0,77), et ces changements étaient significatifs entre les deux groupes (p=0,04). Dans le groupe ayant bénéficié de conseils personnalisés, les apports en acide alpha-linolénique (ALA), thiamine, folates et cholestérol étaient augmentés (significativité uniquement pour l’ALA).

Principales limitations

Les apports nutritionnels ont été auto-renseignés et les femmes incluses bénéficiaient d’un niveau socioéconomique important non représentatif de la population des femmes enceintes françaises.