L’infection nosocomiale liée au COVID-19 est associée à une mortalité plus élevée chez les patients atteints d’un cancer

  • AACR

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer hospitalisés qui contractent une infection nosocomiale liée à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) présentent un taux de mortalité plus élevé que ceux atteints d’un COVID-19 par transmission communautaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats soulignent que les patients atteints d’un cancer doivent être traités dans des zones protégées du COVID-19.

Méthodologie

  • L’étude a inclus 250 adultes et 3 enfants atteints du COVID-19 et d’un cancer.
  • 81 % des patients présentaient un COVID-19 par transmission communautaire, et 19 % présentaient une infection nosocomiale liée au COVID-19.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Après une durée de suivi médiane de 23 jours, le taux de mortalité globale était de 28 %.
  • Le taux de mortalité toutes causes confondues chez les patients atteints d’une infection nosocomiale liée au COVID-19 était significativement plus élevé que chez les patients atteints d’un COVID-19 par transmission communautaire (47 %, contre 23 %).
  • La survie globale (SG) médiane était de 27 jours dans le groupe infection nosocomiale liée au COVID-19 et de 71 jours dans le groupe COVID-19 par transmission communautaire (rapport de risque [RR] : 2,2 ; P = 0,002).
  • Aucune différence significative n’a été observée entre le groupe infection nosocomiale liée au COVID-19 et le groupe COVID-19 par transmission communautaire concernant :
    • les besoins en oxygène (43 %, contre 47 %) ; 
    • l’admission en unité de soins intensifs (13 %, contre 11 %) ; 
    • la nécessité d’une ventilation artificielle (6 %, contre 5 %) ; et
    • la durée de l’hospitalisation (médiane : 9,5 jours, contre 8,5 jours).

Limites

  • Méthodologie observationnelle.