L’indice Ki-67 est associé au diagnostic de cancer de la thyroïde ainsi qu’aux caractéristiques agressives

  • Mu N & al.
  • Endocrine
  • 23 mai 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’indice de prolifération Ki-67 élevé à l’examen de cytologie par ponction à l’aiguille fine (CPAF) est associé à un risque accru de carcinome folliculaire de la thyroïde (CFT) ainsi que d’extension extrathyroïdienne et de sous-type très invasif chez les patients atteints d’un CFT.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le diagnostic différentiel préopératoire du CFT à partir d’un adénome thyroïdien folliculaire (ATF) est compliqué et la CPAF seule ne suffit pas.

Principaux résultats

  • Les patients atteints d’un CFT ont présenté un indice Ki-67 supérieur (P 
  • L’indice Ki-67 élevé a été associé au CFT (RC : 1,215 ; P 
  • L’indice Ki-67 supérieur à 5 % a démontré une spécificité de 93 % et une sensibilité de 31 % dans le diagnostic du CFT.
  • L’indice Ki-67 élevé a été associé à l’extension extrathyroïdienne (P = 0,001) et au sous-type très invasif (P = 0,019) chez les patients atteints d’un CFT.

Protocole de l’étude

  • Les corrélations avec l’indice cytologique Ki-67 ont été analysées chez 234 patients ayant fait l’objet d’un examen CPAF (61 patients atteints d’un CFT ; 158 atteints d’un ATF ; 15 atteints d’une TF-PMI).
  • Financement : Société suédoise sur le cancer ; Fonds de recherche Radiumhemmet ; Conseil municipal de Stockholm ; Karolinska Institutet.

Limites

  • Étude rétrospective.
  • Les résultats de Ki-67 n’ont pas été comparés aux résultats d’ultrasonographie.