L’incidence mondiale de cancer du sein augmente

  • Li N & al.
  • J Hematol Oncol
  • 21 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’incidence de cancer du sein dans le monde a augmenté au cours des deux dernières décennies (1990–2017), en particulier dans les pays à revenus plus faibles.
  • Au cours de la même période, le taux de mortalité a diminué, en particulier dans les pays à revenus plus élevés, comme en Europe occidentale, mais pas dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cancer du sein est la principale cause de décès liés au cancer chez les femmes et le cancer présentant le fardeau le plus lourd en termes d’années de vie corrigées de l’incapacité (Disability-Adjusted Life Years, DALY).

Protocole de l’étude

  • Une analyse des données portant sur le cancer du sein issues de l’étude sur le fardeau mondial de la maladie (GBD) menée dans 195 pays et territoires, a été réalisée.
  • L’étude GBD est une étude collaborative basée sur l’ensemble des données épidémiologiques disponibles.
  • Toutes les données ont été stratifiées selon cinq quintiles de l’indice de développement social (IDS ; niveaux élevé, moyen-élevé, moyen, moyen-faible et faible).
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine.

Principaux résultats

  • En 2017, l’incidence de cancer du sein dans le monde a atteint 1 960 681, avec une incidence standardisée selon l’âge (nombre de cas × 103 ; passant de 878,7 en 1990 à 1 960,7 en 2017).
    • Les quintiles supérieurs de l’IDS ont augmenté, mais l’augmentation la plus importante a été observée dans les quintiles inférieurs.
  • Le taux de mortalité dans le monde a diminué de 11,66 %.
    • Tous les quintiles plus élevés de l’IDS ont présenté une baisse, mais une augmentation a été observée dans les pays inclus dans le quintile d’IDS moyen (10,59 %), d’IDS moyen-faible (24,10 %) et d’IDS faible (26,93 %).
  • L’alcool était le facteur le plus important contribuant aux DALY (9,43 %), suivi de l’IMC (4,61 %).

Limites

  • Hétérogénéité entre les sources des données.