L’incidence du COE diminue dans le monde

  • Wang QL & al.
  • Clin Epidemiol
  • 1 janv. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’incidence de carcinome œsophagien épidermoïde (COE) chez l’homme a diminué dans le monde entier depuis 1970, sauf au Japon, tandis que l’incidence chez la femme varie selon les pays.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette diminution pourrait être liée à la diminution du tabagisme et de la consommation d’alcool.

Protocole de l’étude

  • Données provenant de 180 395 patients atteints d’un COE entre 1970–2015, issus de 30 registres populationnels sur le cancer dans 20 pays.
  • Financement : Conseil de recherche de Suède et Société suédoise sur le cancer.

Principaux résultats

  • Chez l’homme, l’incidence du COE diminue depuis 2000 dans la majorité des pays, à l’exception du Japon.
  • Chez la femme, l’incidence varie selon les pays, mais elle a augmenté au Japon (trois régions), en Norvège, en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas et en Suisse, et diminué à Hong Kong, en Chine et en Finlande.
  • Aux États-Unis, l’incidence du COE était supérieure chez les hommes d’origine ethnique noire (avec un pic en 1986 à 17,8/100 000 personnes-années et une baisse jusqu’à 3,6/100 000 personnes-années en 2013) et les femmes d’origine ethnique noire (avec un pic en 1981 à 5,6/100 000 personnes-années et une baisse jusqu’à 1,4/100 000 personnes-années en 2013), comparativement aux autres origines ethniques.

Limites

  • Étude rétrospective.