L’incidence de l’hyperprogression après une immunothérapie varie selon la définition

  • Park HJ & et al.
  • JAMA Netw Open

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les définitions de la maladie hyperprogressive (MHP) chez les patients atteints d’un cancer traités par inhibiteurs de point de contrôle immunitaire sont diverses, avec une incidence allant de 5,9 % à 43,1 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • La MHP pourrait être surestimée ou sous-estimée selon la méthode d’évaluation actuelle.
  • Il est nécessaire d’établir des critères uniformes et cliniquement pertinents pour définir l’hyperprogression sur la base des données probantes actuellement disponibles.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 24 études ayant inclus 3 109 patients atteints d’un cancer et traités par inhibiteurs de point de contrôle immunitaire.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’incidence de la MHP était comprise entre 5,9 % et 43,1 %.
  • Les définitions de l’hyperprogression ont été divisées en quatre catégories, selon la méthode de calcul de l’accélération de la croissance tumorale :
    • Rapport du taux de croissance tumorale (incidence groupée : 9,4 %).
    • Rapport de la cinétique de croissance tumorale (incidence groupée : 15,8 %).
    • Augmentation précoce de la charge tumorale (incidence groupée : 20,6 %).
    • Une combinaison des paramètres ci-dessus (incidence groupée : 12,4 %).

Limites

  • Les études incluses étaient rétrospectives, sans groupe comparateur ni définition standardisée de l’hyperprogression après une immunothérapie.