L’impact de l’arrêt des statines utilisées pour la prévention primaire chez les adultes plus âgés


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’arrêt des statines prises à des fins de prévention primaire chez les personnes plus âgées pourrait augmenter le risque d’événements cardiovasculaires. C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée cette semaine dans la revue European Heart Journal

Les chercheurs ont évalué l’effet de l’arrêt des statines sur les résultats cardiovasculaires chez 120 173 patients adultes plus âgés en France, qui prenaient auparavant des statines dans le cadre d’un traitement de prévention primaire. Les participants ont eu 75 ans entre 2012 et 2014 et n’avaient pas d’antécédents de maladie cardiovasculaire. Ils avaient également un ratio de possession de statines d’au moins 80 % lors de chacune des 2 dernières années. L’arrêt des statines a été défini comme trois mois consécutifs sans exposition. 

Après un suivi moyen de 2,4 ans, 17 204 participants avaient arrêté les statines et 5 396 patients avaient été hospitalisés en raison d’un événement cardiovasculaire. 

L’arrêt des statines a été associé à un risque accru de 33 % d’hospitalisation pour cause d’événements cardiovasculaires. Cette association était plus marquée pour les hospitalisations pour cause d’événements coronariens (rapport de risque corrigé [RRc] : 1,46) que pour les hospitalisations pour cause d’événements vasculaires cérébraux (RRc : 1,26). 

Selon les auteurs, de futures études comprenant des études randomisées interventionnelles sont nécessaires pour confirmer ces résultats et soutenir la mise à jour et la clarification des recommandations relatives à l’utilisation des statines dans le cadre de la prévention primaire chez les personnes âgées.