L’IMC des adolescentes est-il influencé par la scoliose ?

  • Escrivá D & al.
  • Spine Deform
  • 1 juil. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Si la proportion de masse grasse qui caractérise les filles de 11 à 17 ans est globalement la même, que celles-ci souffrent ou non de scoliose, il semble que l’évolution de leur état nutritionnel soit différente sur cette période d’âge, selon une étude espagnole. En effet, celle-ci montre que la proportion des jeunes souffrant d’insuffisance pondérale sévère, de surpoids ou d’obésité est globalement constante dans les 3 groupes d’âge étudiés (11-13 ans, 14-15 ans, 16-17 ans), mais que des disparités significatives existe en terme de répartition entre les 3 groupes d’âge, avec notamment une plus forte représentation des sujets en insuffisance pondérale après 15 ans et une diminution continue de la proportion des sujets obèses sur toute la période d’âge étudiée. Cette étude vient donc enrichir les données de la littérature concernant les différences anthropométriques présentées par les jeunes souffrant de scoliose, qui sont pour l’heure contradictoires.

Méthodologie

Cette étude transversale a été menée auprès de 112 filles avec scoliose et 231 filles sans scoliose appariées sur l’âge. Elles avaient toutes entre 11 et 17 ans (médiane 13,3 ans) et ont toutes bénéficié des mesures anthropométriques entre 2013 et 2015, en utilisant le même appareillage.

L’état nutritionnel a été déterminé à partir de plusieurs classifications : l’IOTF (seuils d’insuffisance pondérale, surpoids et d’obésité à partir des courbes de centiles de l’IMC atteignant les valeurs de 18,5, 25 et 30 kg/m² à 18 ans), les courbes du CDC (insuffisance pondérale, surpoids et d’obésité défini par l’appartenance au 5 premiers, 85-95e ou 5 derniers percentiles de la distribution de l’IMC associé à l’âge) et les courbes de l’OMS.

Principaux résultats

  • L’IMC moyen des filles avec ou sans scoliose était comparable dans les deux groupes (20,2 vs 19,7 kg/m²), tout comme le pourcentage de masse grasse (%MG) et l’indice de masse grasse (IMG) moyens (respectivement 14,9% vs 15,3% et 2,9 vs 3,1 kg/m²).
  • La prévalence globale de l'insuffisance pondérale était respectivement de 4,5% et 4,8% alors que celle de l'obésité était plus fréquente chez les filles présentant une scoliose, avec 6,3 vs 3,0% selon les valeurs de l’IOTF, ou 10,7% contre 5,6% selon les valeurs du CDC ou de l’OMS.
  • L’IMC, le %MG et l’IMG évoluaient significativement avec l’âge chez les filles contrôles, au contraire des filles présentant une scoliose. Il existait une corrélation entre l’âge, l’IMC et l’IMG chez les premières au contraire des secondes. La proportion des filles scoliotiques en insuffisance pondérale était particulièrement élevée : à 16-17 ans, celles qui présentaient un stade sévère représentaient entre 12,5 et 16,1% (IOTF/OMS) contre un chiffre compris entre 7,8 et 13,9% chez les sujets contrôles.