L’IL-26 : un nouveau facteur pronostique dans le carcinome hépatocelullaire ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats de cette étude montrent que l’interleukine (IL)-26 pourrait être un nouveau facteur pronostique intéressant chez les patients souffrant de carcinome hépatocellulaire (CHC) après résection hépatique. En pratique, la recherche de ce marqueur peut permettre d’identifier les candidats à un traitement prophylactique adjuvant pour prévenir les risques de récidives.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Le pronostic post-résection hépatique chez les sujets souffrant de CHC est difficile à évaluer du fait des récidives fréquentes. Les biomarqueurs à valeur pronostique utilisés jusqu’à présent dans ce contexte restent insatisfaisants. D’où l’intérêt de cette étude qui a évalué l’impact pronostique de l’IL-26 chez les patients présentant un carcinome hépatocellulaire (CHC) devant subir une résection hépatique. 

Méthodologie

Cette étude a évalué 122 patients atteints de CHC devant subir une résection hépatique. Les sujets ont été stratifiés en 2 groupes en fonction de leur taux d’IL-26 (faible ou élevé) évalué à partir des échantillons de la résection. 

Principaux résultats

L’âge médian de participants était de 48 ans (13,1% de femmes). Les analyses ont montré que :

  • L’expression médiane de l’IL-26 était de 0,206 (écart interquantile 0,164-0,262). Les taux sériques de bilirubine totale, de bilirubine conjuguée, d’albumine, d’ALAT, d’ASAT et d’antigène carcino-embryonnaire (ACE) étaient dans les valeurs normales pour la majorité des patients, alors que l’alpha foetoprotéine (valeur médiane 1.000 μg/L) était élevée chez plus de la moitié des individus.
  • Les trois quarts des patients présentaient une tumeur importante (> 5cm), et des invasions macro- et microvasculaires étaient retrouvées chez 47,5% et 79,5% des patients (mais seulement 2,5% avaient des nodules métastatiques). 
  • Les patients ayant des taux élevés d’IL-26 avaient un pronostic significativement plus défavorable à la fois en termes de survie sans récidive (p
  • En analyse multivariée, la sur-expression de l’IL-26 et l’invasion microvasculaire ont été identifiées comme étant des facteurs pronostiques indépendants significatifs de la survie globale chez ces patients (respectivement HR 1,643 [1,021-2,644], p=0,041 et HR 3,303 [1,255-8,696], p=0,016). 

Principales limitations

Étude portant sur un nombre limité de patients.