L’hypertension systolique en milieu de vie est associée à un risque accru de maladie d’Alzheimer


  • Sarfaroj Khan
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’hypertension systolique de stade 1 (supérieure à 140 mmHg) et de stade 2 (supérieure à 160 mmHg) en milieu de vie est associée à un risque accru de maladie d’Alzheimer (MA), selon une récente méta-analyse publiée dans la revue Journal of Alzheimer’s Disease. Pourtant, aucune association n’a été observée pour l’hypertension diastolique.

Les chercheurs ont réalisé une méta-analyse de sept études identifiées après une recherche menée dans les bases de données PubMed, Embase et Medline.

Les résultats d’un modèle à effets aléatoires ont montré que l’hypertension systolique (supérieure à 160 mmHg) a augmenté le risque de MA de 25 % (rapport de risque [RR] : 1,25 ; IC à 95 % : 1,06–1,47 ; P = 0,0065). De même, le risque de MA a augmenté de 18 % dans le cas d’une hypertension systolique supérieure à 140 mmHg (RR : 1,18 ; IC à 95 % : 1,02–1,35 ; P = 0,021).

4 études ayant examiné l’hypertension diastolique en utilisant un seuil supérieur à 90 mmHg ont indiqué des associations non significatives entre l’hypertension diastolique et la MA. Les données de ces études n’ont pas pu être combinées en raison de l’hétérogénéité dans le rapport des données.

« Il semble probable que si nous voulons relever le défi épidémiologique croissant posé par la MA, il est nécessaire de contrôler de façon déterminée l’hypertension apparaissant en milieu de vie », ont déclaré les auteurs.