L’hypertension pulmonaire résiduelle est fréquente à la suite d’une annuloplastie tricuspide

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Près de la moitié des patients ayant fait l’objet d’une annuloplastie tricuspide (AT) présentaient une hypertension pulmonaire (HP) résiduelle.
  • Même une HP légère a été associée à un risque 4,9 fois plus élevé d’événements indésirables (EI).
  • 25 % des patients atteints d’une HP résiduelle importante ont développé des EI après 1 an et 82 % d’entre eux ont développé des EI après 3 ans.

Conception de l’étude

  • Étude prospective monocentrique.
  • 137 patients (âge moyen : 61 ± 11 ans ; 30 % d’hommes) ont fait l’objet d’une annuloplastie tricuspide lors d’une chirurgie valvulaire du côté gauche.
  • Patients répartis en trois groupes : aucune HP résiduelle (n = 78 ; 57 %), HP résiduelle légère (n = 43 ; 31 %) et HP résiduelle importante (n = 16 ; 12 %).
  • Financement : La source de financement n’a pas été communiquée.

Principaux résultats

  • La pression artérielle pulmonaire systolique moyenne avant la chirurgie était de 49 ± 13 mm Hg et de 32 ± 15 mm Hg après la chirurgie.
  • Une géométrie du ventricule droit (VD) plus importante avant l’opération chirurgicale et une surface de tente de la valvule tricuspide plus élevée ont été associées ...