L’hypertension pulmonaire résiduelle est fréquente à la suite d’une annuloplastie tricuspide

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Près de la moitié des patients ayant fait l’objet d’une annuloplastie tricuspide (AT) présentaient une hypertension pulmonaire (HP) résiduelle.
  • Même une HP légère a été associée à un risque 4,9 fois plus élevé d’événements indésirables (EI).
  • 25 % des patients atteints d’une HP résiduelle importante ont développé des EI après 1 an et 82 % d’entre eux ont développé des EI après 3 ans.

Conception de l’étude

  • Étude prospective monocentrique.
  • 137 patients (âge moyen : 61 ± 11 ans ; 30 % d’hommes) ont fait l’objet d’une annuloplastie tricuspide lors d’une chirurgie valvulaire du côté gauche.
  • Patients répartis en trois groupes : aucune HP résiduelle (n = 78 ; 57 %), HP résiduelle légère (n = 43 ; 31 %) et HP résiduelle importante (n = 16 ; 12 %).
  • Financement : La source de financement n’a pas été communiquée.

Principaux résultats

  • La pression artérielle pulmonaire systolique moyenne avant la chirurgie était de 49 ± 13 mm Hg et de 32 ± 15 mm Hg après la chirurgie.
  • Une géométrie du ventricule droit (VD) plus importante avant l’opération chirurgicale et une surface de tente de la valvule tricuspide plus élevée ont été associées à une HP résiduelle légère ou importante.
  • 24 EI (20 insuffisances cardiaques et 4 décès cardio-vasculaires) sont survenus durant le suivi médian de 25 mois.
  • Les patients atteints d’une HP résiduelle importante présentaient le pourcentage d’EI le plus élevé, suivis des patients atteints d’une HP résiduelle légère.
  • Une HTP résiduelle légère (RR : 4,94 ; IC à 95 % : 1,34–18,16 ; P = 0,02) et une HP résiduelle importante (RR : 8,67 ; IC à 95 % : 2,43–30,98 ; P < 0,01) se sont révélées être des facteurs indépendants d’EI.

Limites

  • Étude menée dans un seul centre et portant sur un échantillon de patients de faible taille.
  • La présence d’un remodelage vasculaire pulmonaire irréversible n’a pas été évaluée.
  • L’étude n’a inclus que des patients ayant fait l’objet d’une AT concomitante à une chirurgie valvulaire du cœur gauche.

Pourquoi est-ce important ?

  • La pratique d’une intervention chirurgicale avant l’expansion de la géométrie du VD et de la surface de tente de la valvule tricuspide pourrait empêcher l’apparition d’une HP résiduelle et améliorer les résultats.