L’hypercholestérolémie familiale multiplie par deux le risque d’événement cardiovasculaire majeur au long cours après une ICP


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Cette étude originale a été menée chez des patients ayant subi une intervention coronarienne percutanée (ICP) pour coronaropathie stable ou syndrome coronarien aigu (SCA). Les résultats montrent que par rapport aux patients chez qui une hypercholestérolémie familiale (HF) était peu probable, ceux qui présentaient une HF définie ou probable étaient plus jeunes d’une dizaine d’années, avaient moins de comorbidités cardiovasculaires pré-existantes et étaient plus susceptibles de recevoir un traitement intense par statine. Cependant, ces facteurs ne se traduisaient pas en bénéfice sur leur état de santé à long terme. En effet, après ajustement sur différents facteurs de confusion, le risque de survenue d’un événement cardiovasculaire majeur (MACE pour Major Adverse Cardiovascular Events, critère composite constitué de la mortalité toutes causes confondues, due à un IDM ou à un AVC/AIT) à long terme était deux fois plus important chez les patients présentant une HF définie/probable par rapport aux patients chez qui une HF était peu probable. 

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

L’hypercholestérolémie familiale reste sous diagnostiquée et sous-traitée, et de nombreuses personnes ne sont diagnostiquées qu’après un premier événement coronarien. Bien que les patients ayant une HF aient un risque accru de maladie cardiovasculaire précoce, il existe finalement peu de données sur l’incidence à long terme d’évènements cardiovasculaires majeurs après une ICP chez ces sujets. Ces données méritent bien sûr d'être confirmées par d'autres études.

Méthodologie

Les patients ayant subi une ICP pour coronaropathie stable ou SCA entre 2007 et 2012 ont été inclus dans l’étude. Les données concernant le traitement hypolipémiant au moment de l’intervention, les comorbidités cardiovasculaires, les paramètres biologiques et la prise en charge médicamenteuse pour prévention secondaire ont été recueillies. L’HF était diagnostiquée selon les critères DLCN (Dutch Lipid Clinic Network), sur la base de l’âge, des antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire précoce, de symptômes cliniques et de taux de LDL-c. En cas de traitement hypolipémiant, les taux de LDL-c étaient estimés en utilisant des facteurs de correction. En fonction de ces critères, les sujets étaient classés en HF non probable, HF possible, HF définie ou probable. 

Principaux résultats

Sur les 1.550 patients éligibles (47,4% admis pour maladie coronarienne stable et 52,6% pour SCA), 5,0% ont reçu le diagnostic d’HF définie/probable, 21,4% d’HF possible et 73,6% d’HF peu probable.

Les résultats de cette étude ont montré que par rapport à ceux chez qui une HF était peu probable, les sujets présentant une HF définie/probable, étaient plus jeunes d’une dizaine d’années, avaient moins de comorbidités cardiovasculaires pré-existantes, étaient plus susceptibles de recevoir un traitement intense par statines. Au cours du suivi moyen de 6,0 ±2,4 ans, 28,0% des patients ont eu un événement MACE (17,4% sont décédés, 7,5% ont eu un IDM non fatal et 3,2% un AVC non-fatal ou un AIT). Après ajustement les patients ayant une HF probable/définie avaient un risque de survenue d’un événement MACE multiplié par environ 2 par rapport aux patients chez qui une HF était peu probable (HR 1,92 [1,22-2,99], p=0,004). En revanche, les patients ayant une HF possible ne présentaient pas de sur-risque de MACE par rapport aux patients ayant une HF peu probable (HR 1,10 [0,843-1,44], p=0,470). Le risque de MACE restait multiplié par près de 2 lorsque les analyses portaient uniquement sur les sujets ayant reçu un traitement intense par statines et ayant une HF définie/probable (HR 1,98 [1,12-3,51], p=0,018) par rapport aux patients chez qui une HF était peu probable.

Principales limitations

Les hypercholestérolémies familiales n’ont pas été confirmées par test génétique, certains patients peuvent donc avoir été mal classifiés.