L’HTA isolée des adolescents est associée à un risque ultérieur d’IRC terminale

  • Leiba A & al.
  • JAMA Intern Med
  • 25 févr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude israélienne menée auprès de plus de 2,5 millions d’adolescents devant rejoindre le service militaire, l’existence d’une HTA sans comorbidité rénale est associée à un risque de développer une insuffisance rénale terminale (IRCt) multiplié par deux. Cette association était indépendante des nombreux facteurs connus pour influencer le risque d’IRC, et de l’IMC. Elle restait également vérifiée lorsque les cas d’HTA sévère étaient exclus de l’analyse.

S’il ne démontre pas la causalité entre les deux évènements, ce travail suggère que l’HTA même modérée à l’adolescence pourrait promouvoir le développement d’une maladie rénale chronique. Il participe à nourrir le débat sur l’intérêt d’un dépistage de l’HTA chez les enfants et adolescents asymptomatiques.

Méthodologie

Cette étude rétrospective a été menée à partir de tous les jeunes de 16-19 ans candidats au service militaire israélien entre 1967 et 2013. Les diagnostics d’HTA isolée ont été recensés, et les sujets présentant une hématurie ou des comorbidités rénales ont été exclus. Ces données ont été croisées avec celles du registre national des patients en IRCt.

Principaux résultats

  • Au total, 2.658.238 jeunes (60,1% d’hommes, 17,4 ans en moyenne) ont été inclus dans l’analyse, dont 7.997 (0,3%) ont eu un diagnostic d’HTA (90,5% d’hommes) : l'HTA concernait 49,0% de personnes en surpoids ou obèses, alors que seuls 12,9% de la cohorte total présentaient un IMC trop élevé.
  • Après un suivi médian de 19,6 ans, l’incidence de l’IRCt était de 3,9 pour 100.000 personnes-années parmi les sujets non hypertendus contre 20,2 pour 100.000 parmi les sujets hypertendus.
  • L’analyse multivariée menée après un ajustement large (sexe, âge, âge lors de l’examen médical, pays d’origine, année d’éducation, niveau socio-économique, IMC) a montré que le risque d’IRCt était doublé chez les sujets hypertendus par rapport aux autres ( hazard ratio HR : 1,98 [1,42-2,77]). Après exclusion des cas d’HTA sévère, le risque était sensiblement le même (HR : 1,93 [1,37-2,70]). Enfin, une analyse de sensibilité a montré que le risque ajusté était significatif pour les seuls sujets ayant un IMC élevé (obèse ou en surpoids, HR : 1,90) ou pour ceux ayant un IMC normal (HR : 2,11).