L’HbA1c sous-estime la prévalence du diabète


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que le fait de se fier uniquement à l’hémoglobine glyquée (HbA1c) sous-estime de façon significative la prévalence du diabète.

L’étude a inclus 9 000 adultes de l’enquête nationale sur l’examen de la santé et de la nutrition aux États-Unis (National Health and Nutrition Examination Survey) pour la période 2005–2014, sans diagnostic de diabète. Les participants ont fait l’objet d’un test de l’HbA1c et d’un test d’hyperglycémie provoquée par voie orale (test HGPO).

Les données ont montré que la distribution des états de tolérance au glucose définis par l’HbA1c et le test HGPO ont différé de manière significative (P 

La sensibilité de l’HbA1c pour le diagnostic de la tolérance au glucose normale (TGN) était de 84,91 %, avec une spécificité de 43,53 %. L’HbA1c a classé de façon erronée 15,09 % des cas de TGN définis par le test HGPO.

Selon les auteurs, les résultats indiquent que la prévalence du diabète sucré définie uniquement par l’HbA1c est « très peu fiable », avec une tendance significative à la sous-estimation. Ils ont conclu que l’HbA1c « ne devrait pas être utilisée seule pour déterminer la prévalence des états de tolérance au glucose ».

La recherche a été présentée ce week-end à l’occasion de l’ENDO 2019, le congrès annuel de la Société d’endocrinologie (Endocrine Society), qui s’est déroulé à la Nouvelle-Orléans, dans l’État de la Louisiane aux États-Unis.