L’exposition au fluorure chez la mère est associée à l’ADHD chez l’enfant


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère qu’une exposition prénatale plus élevée au fluorure est associée à une hausse des symptômes apparentés au trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (Attention Deficit Hyperactivity Disorder, ADHD), en particulier s’agissant de l’inattention.

Un groupe de chercheurs internationaux a étudié 213 paires mère-enfant mexicaines dans l’étude de cohorte de naissance « Expositions en début de vie à des substances toxiques environnementales » (ELEMENT) pour lesquelles des échantillons d’urine de la mère recueillis durant la grossesse et des évaluations des enfants quant aux comportements apparentés à l’ADHD à l’âge de 6–12 ans étaient disponibles. Les taux de fluorure urinaire chez la mère corrigés en fonction de la créatinine (Maternal Urinary Fluoride, MUFcr) ont été mesurés sur des échantillons ponctuels d’urine recueillis durant la grossesse. Pour évaluer les symptômes d’ADHD, les mères ont passé une évaluation utilisant l’échelle révisée de Conners (Conners’ Rating Scales-Revised, CRS-R) et le test de performance continue de Conners (Conners’ Continuous Performance Test, CPT-II) a été administré aux enfants.

Les taux moyens de MUFcr se sont avérés être de 0,85 mg/l. Dans des modèles corrigés pour prendre en compte plusieurs variables, une augmentation de 0,5 mg/l des taux de MUFcr a correspondu à des scores significativement plus élevés à l’échelle CRS-R pour l’inattention selon le DSM-IV (β : 2,84 points ; IC à 95 % : 0,84–4,84) et pour l’indice total de l’ADHD selon le DSM-IV (β : 2,38 points ; IC à 95 % : 0,42–4,34). Le profil des associations a suggéré un possible effet de plafonnement de l’exposition. Aucune association significative n’a été constatée en lien avec les résultats au CPT-II ou aux échelles de symptômes évaluant l’hyperactivité.

Ces résultats viennent s’ajouter à un corpus croissant de données probantes suggérant que le système nerveux du fœtus en développement pourrait être affecté de manière négative par une plus grande exposition au fluorure.