L’exposition à vie aux œstrogènes est associée au risque de cancer du poumon

  • Wilunda C & al.
  • Cancer Epidemiol Biomarkers Prev

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une période de fertilité plus longue et un âge avancé au moment de la ménopause sont associés à une augmentation significative du risque de cancer du poumon.
  • L’allaitement est associé à une réduction du risque de cancer du poumon dans cette étude nationale de grande envergure menée au Japon, qui s’étend sur plus de 20 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez les personnes n’ayant jamais fumé, le risque de cancer du poumon est plus élevé chez les femmes que chez les hommes, ce qui suggère que les hormones sexuelles pourraient jouer un rôle.

Méthodologie

  • 42 615 femmes n’ayant jamais fumé ont été incluses dans l’Étude prospective japonaise basée sur les centres de santé publique.
  • La durée de suivi médiane était de 21 ans.
  • Financement : Fonds du Centre national japonais de recherche et développement contre le cancer ; ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales du Japon.

Principaux résultats

  • 400 participantes ont reçu un diagnostic de cancer du poumon, dont 76,3 % d’adénocarcinomes.
  • Un âge avancé au moment de la ménopause (50 ans ou plus, contre 47 ans ou moins) était associé à une augmentation du risque d’adénocarcinome (rapport de risque [RR] : 1,41 ; P = 0,04).
  • Les femmes présentant une période de fertilité plus longue (36 ans ou plus, contre 32 ans ou moins) présentaient un risque significativement plus élevé d’adénocarcinome pulmonaire (RR : 1,48 ; P = 0,01).
  • Le risque d’adénocarcinome était accru chez les femmes présentant une ménopause naturelle (RR : 1,99 ; IC à 95 % : 1,02–3,88) ou une ménopause chirurgicale (RR : 2,75 ; IC à 95 % : 1,33–5,67), comparativement aux femmes non ménopausées.
  • L’allaitement était associé à un risque significativement plus faible de cancer du poumon non-adénocarcinome (RR : 0,51 ; IC à 95 % : 0,28–0,92).
  • Aucune association significative n’a été détectée avec la parité, l’âge au moment de la première naissance, l’administration d’hormones exogènes ou la durée du cycle menstruel.

Limites

  • L’étude a été menée dans un seul pays.