L’exposition à l’arsenic, au plomb, au cuivre et au cadmium augmente le risque de MCV.


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’exposition à l’arsenic, au plomb, au cuivre et au cadmium est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires (MCV) et de maladie cardiaque coronaire (MCC), selon ce que suggère une nouvelle analyse approfondie des données probantes publiées dans la revue BMJ.  

Les chercheurs ont examiné les données de 37 études épidémiologiques ayant examiné l’association de l’arsenic, du plomb, du cadmium, du mercure et du cuivre aux MCV, avec près de 350 000 participants inclus.

Après avoir comparé les tiers supérieurs et inférieurs des niveaux d’exposition de référence, ils ont découvert que l’exposition à l’arsenic était associée à un risque relatif (RR) 23 % plus élevé de MCC et à un RR 30 % plus élevé de MCV composite. L’exposition au plomb a été associée à un risque de MCC accru de 85 % et à un risque de MCV accru de 43 %. Les RR de l’exposition au cadmium et au cuivre se sont avérés être de 1,33 et 1,81 concernant les MCV, et de 1,29 et 2,22 concernant la MCC. Le plomb et le cadmium ont également été associés à un risque significativement accru d’accident vasculaire cérébral. Le mercure n’a toutefois été associé à aucun résultat cardiovasculaire.

Les auteurs ont déclaré que ces résultats renforcent l’importance « souvent peu reconnue » des métaux environnementaux toxiques dans le risque cardiovasculaire, en dehors des rôles des facteurs de risque comportementaux conventionnels. « Il est toutefois nécessaire de mener d’autres travaux approfondis afin de mieux caractériser ces associations et d’en évaluer la causalité », ont-ils conclu.