L’examen physique est-il devenu obsolète ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Bien que la disponibilité accrue des technologies de diagnostic ait créé un débat sur la question de savoir si les examens physiques sont toujours nécessaires dans la pratique, une nouvelle étude suggère qu’outre l’apport d’informations diagnostiques, l’acte même des examens physiques peut être thérapeutique en soi. 

Pour les besoins de l’étude, des chercheurs ont mené des entretiens approfondis avec 16 médecins de famille au Canada, concernant leurs expériences sur la conduite d’examens physiques. 

Guidée par les principes de la phénoménologie, laquelle considère la façon dont les êtres humains ressentent un phénomène donné comme l’examen physique lui-même, la recherche a révélé qu’en plus des informations diagnostiques obtenues, les bénéfices d’ordre empathique liés à l’« imposition des mains » ont servi de rappel important du rôle de guérisseur du médecin. 

L’étude a révélé que, selon une opinion répandue, l’examen physique contribuait à promouvoir une relation patient-médecin saine et que les participants ressentaient l’examen physique comme une pratique « faisant partie intégrante d’un bon médecin ». 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats de l’étude dans la revue Annals of Family Medicine, ont déclaré : « Tout en reconnaissant les avantages apportés par la technologie, nous ne devons pas rejeter l’examen physique comme étant quelque chose qui appartient au passé. Au contraire, il combine la science et l’art de la pratique clinique, et constitue un moyen important de savoir. Il s’agit d’une forme de communication non verbale au sein des relations médecin-patient qui contribue à nouer des liens et à instaurer la confiance. »