L’évolution des traitements a-t-elle permis de réduire le risque de cancer cervical chez les femmes VIH ?


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Parmi les femmes infectées par le VIH :

  • 36 cas de cancer du col de l’utérus sur 100.000 personnes-années,
  • 3,3 fois plus de risque de cancer du col que chez les femmes non infectées,
  • une survie à 5 ans de 74 %.

 

L’incidence du cancer cervical chez les femmes infectées par le VIH est passée de 60 cas à 36 cas pour 100.000 personnes-années entre les années 1997-2000 et les années 2005-2009. Si cette diminution n’est pas significative, sans doute par manque de puissance statistique, elle laisse toutefois penser que la survenue de la maladie a diminué depuis l’instauration des combinaisons de traitements antirétroviraux contemporaines. Ce résultat encourageant ne doit cependant pas masquer le fait que la maladie reste trois fois plus élevée dans cette population que dans le reste de la population féminine générale : le taux d’incidence standardisé sur l’âge était de 3,3 entre 2005-2009 contre 5,4 au début de l’épidémie.

Enfin, il faut également noter que la survie à 5 ans associée à la maladie est la même dans la population VIH que chez les femmes non infectées (74%). S’il n’était pas disponible pour analyse, le stade des lésions tumorales des femmes infectées par le VIH pourrait, selon les auteurs, ne pas être différent de celui relevé dans la population générale. Cette conclusion invite à une réflexion sur le parcours de soins des femmes concernées et des démarches de prévention, de vaccination HPV et de dépistage du cancer du col qui leur sont proposées ou accessibles. Des efforts pourraient probablement être réalisés en ce sens.