L’évolocumab est associé à une réduction du risque pour les patients ayant récemment subi un IM

  • Gencer B & al.
  • JAMA Cardiol
  • 20 mai 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La survenue récente d’un infarctus du myocarde (IM) a été associée à un risque plus élevé d’événements cardiovasculaires (CV), par rapport à un antécédent d’IM plus éloigné dans le temps, dans le cadre de cette analyse secondaire préspécifiée de l’essai FOURIER.
  • ‏Les patients ayant récemment subi un IM présentaient des réductions du risque absolu (RRA) plus importantes sous un traitement par évolocumab, par rapport à ceux ayant un antécédent d’IM plus éloigné dans le temps.

Pourquoi est-ce important ?

  • Auteurs : les résultats viennent appuyer les lignes directrices de l’Union européenne (UE) et des États-Unis préconisant un abaissement agressif du cholestérol à lipoprotéines de basse densité chez les patients à haut risque.

Protocole de l’étude

  • L’essai FOURIER a inclus des patients atteints d’une maladie CV athéroscléreuse traités par une statine.
  • Un IM récent (n = 5 711) a été défini comme s’étant produit dans les 12 mois précédant la randomisation et un IM éloigné dans le temps (n = 16 609) comme s’étant produit il y a plus de 12 mois avant la randomisation.
  • Critère d’évaluation composite principal : le décès d’origine CV, l’IM, l’accident vasculaire cérébral (AVC), l’hospitalisation pour cause d’angor instable, la revascularisation.
  • Critère d’évaluation secondaire : le décès d’origine CV, l’IM, l’AVC.
  • Financement : Amgen.

Principaux résultats

  • Dans le cas d’un IM éloigné dans le temps, un risque accru à trois ans a été constaté concernant :
    • la survenue d’un événement du critère d’évaluation composite principal :
      • rapport de risque corrigé (RRc) : 1,45 (IC à 95 % : 1,29–1,64) ;
    • la survenue d’un événement du critère d’évaluation composite secondaire :
      • RRc : 1,45 (IC à 95 % : 1,24–1,69).
  • Avec l’évolocumab, le risque (RR ; IC à 95 %) de survenue d’un événement du critère d’évaluation principal était comme suit :
    • Dans le cas d’un IM récent : 0,81 (0,70–0,93).
    • Dans le cas d’un IM éloigné dans le temps : 0,92 (0,84–1,01 ; non significatif pour l’interaction).
  • Avec l’évolocumab, le risque (RR ; IC à 95 %) de survenue d’un événement du critère d’évaluation secondaire était comme suit :
    • Dans le cas d’un IM récent : 0,75 (0,62–0,91).
    • Dans le cas d’un IM éloigné dans le temps : 0,85 (0,76–0,96 ; non significatif pour l’interaction).
  • RRA (IC à 95 %) sur 3 ans :
    • Survenue d’un événement du critère d’évaluation principal : 3,7 % (1,3–6,1 %) dans le cas d’un IM récent, contre 1,1 % (-0,6 % à 2,7 %) dans le cas d’un IM éloigné dans le temps.
    • Survenue d’un événement du critère d’évaluation secondaire : 3,2 % (1,2–5,2 %) dans le cas d’un IM récent, contre 1,3 % (-0,1 % à 2,7 %) dans le cas d’un IM éloigné dans le temps.
  • Nombre de patients à traiter pour prévenir un événement du critère d’évaluation principal :
    • 27 dans le cas d’un IM récent, contre 91 dans le cas d’un IM éloigné dans le temps.

Limites

  • Il est possible que l’interaction statistique non significative constatée entre le traitement et le moment de survenue de l’IM soit due à la puissance statistique insuffisante de l’étude.