L'Europe reste loin de ses objectifs de recherche et développement


  • PR Editions Revue de presse
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon de récents chiffres de la Commission européenne, les Etats membres de l'UE ont dépensé plus de 302 milliards d'€ en recherche et développement en 2016, soit une hausse d'à peine 1% par rapport à 2015 (300 milliards). La moyenne des investissements par rapport au PIB européen ressort ainsi à environ 2%, loin de l'objectif des 3% fixé par la Commission. Mais derrière ce chiffre se cachent d'importantes disparités entre les pays. Au classement des pays les plus engagés figurent la Suède (3,25% du PIB) et l'Autriche (3,09%), suivies de l'Allemagne (2,94%). La Lettonie (0,44%), la Roumanie (0,48%), et Chypre (0,50%) se placent en bas de tableau, détaille La Tribune. Pour la France, les dépenses ont représenté 2,22% du PIB selon les données 2015, encore provisoires. Du fait de ce retard, la place de l'Europe dans la course à la recherche et à l'innovation pourrait se détériorer sur la scène internationale. En effet, l'intensité de R&D dans l'UE était beaucoup plus faible qu'en Corée du Sud (4,23% en 2015), au Japon (3,29%) et aux Etats-Unis (2,79%), et à un niveau équivalent à la Chine (2,07%).