L’EULAR publie une mise à jour sur la vaccination dans le cadre des maladies rhumatismales inflammatoires auto-immunes


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Ligue européenne contre le rhumatisme (European League Against Rheumatism, EULAR) a publié la mise à jour des recommandations pour la vaccination des patients atteints de maladies rhumatismales inflammatoires auto-immunes (MRIAI).

La mise à jour comprend six principes généraux comme suit :

  • L’équipe de rhumatologie doit évaluer le statut vaccinal chaque année.
  • L’équipe de rhumatologie doit expliquer les programmes de vaccination individualisés aux patients et mettre en œuvre ces programmes conjointement avec le médecin généraliste et le patient.
  • La vaccination doit être administrée de préférence pendant la maladie quiescente.
  • Il convient de préférence de procéder à la vaccination avant une immunosuppression prévue, en particulier avant un traitement par déplétion des cellules B.
  • Des vaccins non vivants peuvent être administrés pendant un traitement par glucocorticoïdes et par antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM).
  • Les vaccins vivants atténués sont à envisager avec prudence.

Les recommandations mises à jour sont les suivantes :

  • Envisager la vaccination contre la grippe pour la plupart des patients.
  • Envisager la vaccination antipneumococcique pour la plupart des patients.
  • La vaccination par le toxoïde du tétanos doit se faire conformément aux recommandations destinées à la population générale. Une immunisation passive est à envisager dans le cas d’un traitement par déplétion des cellules B.
  • Les patients à risque doivent recevoir la vaccination contre l’hépatite A et l’hépatite B.
  • La vaccination contre le zona est à envisager chez les patients à haut risque.
  • En général, il convient d’éviter la vaccination contre la fièvre jaune.
  • La vaccination contre le virus du papillome humain doit être administrée, en particulier chez les patients atteints d’un lupus érythémateux systémique, conformément aux recommandations destinées à la population générale.
  • Les membres du foyer immunocompétents doivent être encouragés à se faire vacciner conformément aux recommandations nationales, à l’exception des vaccins oraux contre la poliomyélite.
  • Il convient d’éviter les vaccins vivants atténués au cours des six premiers mois de vie chez les nouveau-nés de mères ayant été traitées par des agents biologiques pendant la deuxième moitié de la grossesse.