L’état actuel de la prise en charge du diagnostic du VIH en France


  • Ana ŠARIĆ
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’objectif de la Stratégie nationale de santé sexuelle, 2017-2030 est le suivant : « Zéro nouvelle infection à VIH, zéro décès lié au Sida et zéro discrimination ». Elle offre également des exemples d’approches sanitaires communautaires et pluridisciplinaires, afin de soutenir au mieux la population ciblée (1), et certains de ces exemples peuvent être reproduits en s’appuyant sur les enseignements du 56 Dean Street.

Cependant, l’achèvement de l’éradication de l’épidémie de VIH, visée à l’horizon 2030 par l’ONUSIDA, semble actuellement compromis (2) Selon les chiffres 2017 de surveillance, le nombre de nouvelles séropositivités est resté stable en France avec 6 400 nouveaux cas. (5)

Les mesures diagnostiques ont progressé en France, notamment grâce à :

  • la commercialisation d’un autotest VIH (3, 4, 9), disponible en pharmacie sans ordonnance depuis le mois de septembre 2015 (5)
  • la création de centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) depuis le mois de janvier 2016 (6)
  • l’évaluation par le gouvernement français, en avril 2018, des besoins en matière de stratégies de dépistage alternatives chez les HSH à risque élevé, et la mise en place d’un kit de dépistage des IST envoyé gratuitement par courrier (4).

La population plus âgée continue de sous-estimer les messages de prévention et le risque d’infection, tandis que les professionnels de santé ne se sentent pas à l’aise de discuter du risque d’infection à VIH et du dépistage du VIH avec ce segment de la population. (7)

Le taux de dépistage reste faible et le taux de diagnostic tardif reste élevé (48 %) (8). Un manque de sensibilisation des médecins généralistes et la stigmatisation font partie des raisons citées:

« Souvent, les tests ne sont pas répétés parmi les populations à haut risque. Si vous vouliez faire un test toutes les 6 à 8 semaines, on vous regarderait de haut. »  Patient séropositif et expert en politique VIH, France (8)

« Si vous souhaitez faire un test en France, il faut d'abord trouver les informations concernant les lieux où réaliser le test : il existe 10 à 15 sites web et on ne sait pas exactement lequel offre les bonnes informations… de plus, même à Paris, la plupart des centres de tests gratuits sont fermés en dehors des heures de bureau et le weekend. » Patient séropositif et expert en politique VIH, France (8)

Les meilleures pratiques en matière de prise en charge du VIH : les enseignements de la clinique du 56 Dean Street