L’essentiel du mois de juin 2016 : Accident vasculaire cérébral


  • Pavankumar Kamat
  • Monthly Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
Les 3 articles essentiels de ce mois-ci sur l’accident vasculaire cérébral, sélectionnés parmi 415 articles approuvés par des pairs :

Comparaison entre ticagrélor et aspirine dans le cadre de l’accident vasculaire cérébral aigu
Nouvelle directive de l’AHA/ASA sur la rééducation après un accident vasculaire cérébral
Risque d’accident vasculaire cérébral après un AIT

Comparaison entre ticagrélor et aspirine dans le cadre de l’accident vasculaire cérébral aigu

Source : N Engl J Med                                                     

À retenir

  • Un essai multicentrique et international suggère que le ticagrélor n’est pas supérieur à l’aspirine pour le traitement de l’accident vasculaire cérébral aigu/accident ischémique transitoire.

Principaux résultats

  • Les taux des patients ayant atteint le critère d’évaluation principal étaient similaires chez ceux ayant pris du ticagrélor et de l’aspirine (récidive d’un accident vasculaire cérébral, IM ou décès dans les 90 jours) (6,7 % contre 7,5 % ; P = 0,07).
  • Les patients prenant du ticagrélor et de l’aspirine ont présenté des taux similaires de saignement majeur (0,5 % contre 0,6 %), d’hémorragie intracrânienne (0,2 % contre 0,3 %) et de saignement d’issue fatale (0,1 % dans les deux cas).

Conception de l’étude

  • 13 199 patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique non sévère/accident ischémique transitoire à haut risque issus de 674 centres répartis dans 33 pays ont été randomisés pour recevoir un traitement par ticagrélor ou par aspirine. L’analyse a porté sur un critère d’évaluation principal comprenant la récidive d’un accident vasculaire cérébral, l’infarctus du myocarde (IM) ou le décès et sur des critères d’évaluation secondaires comprenant le taux d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques et les résultats de la sécurité d’emploi.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’aspirine n’a qu’un effet limité pour prévenir la récidive d’un accident vasculaire cérébral, mais l’efficacité de traitements antiplaquettaires plus intensifs comme le ticagrélor n’est pas clairement établie.

Résumé PubMed
Texte intégral libre

Nouvelle directive de l’AHA/ASA sur la rééducation après un accident vasculaire cérébral

Source : Stroke                                                  

À retenir

  • Une nouvelle directive émise par l’Association américaine du cœur (American Heart Association, AHA) et l’Association américaine sur l’accident vasculaire cérébral (American Stroke Association, ASA) apporte des recommandations spécifiques au sujet de la rééducation après un accident vasculaire cérébral.

Recommandations choisies

  • Il est préférable que les survivants à un accident vasculaire cérébral reçoivent un traitement dans un établissement de rééducation pour patients hospitalisés plutôt que dans un établissement de soins infirmiers qualifiés.
  • Des appareils d’assistance sont recommandés pour les patients dont la mobilité est réduite.
  • Un programme d’activité physique personnalisé est recommandé.
  • Des exercices oculaires sont recommandés pour les patients ayant des problèmes à fixer les objets proches.

Conception de l’étude

  • Un panel approuvé par le comité de supervision des assertions scientifiques du conseil sur l’accident vasculaire cérébral de l’AHA et par le comité de supervision des manuscrits de l’AHA a examiné des articles concernant les soins aux adultes après un accident vasculaire cérébral, en procédant à des examens internes et externes intensifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit des premières directives de l’AHA et de l’ASA sur la rééducation après un accident vasculaire cérébral. Elles visent à fournir un résumé des meilleures pratiques cliniques. 

Résumé
Texte intégral libre

Risque d’accident vasculaire cérébral après un AIT

Source : N Engl J Med                                                      

À retenir

  • Une étude multicentrique et internationale suggère que le risque d’accident vasculaire cérébral à un an après un accident ischémique transitoire (AIT) ou un accident vasculaire cérébral mineur a diminué au fil du temps.

Principaux résultats

  • Le risque de survenue d’un événement cardiovasculaire à un an était de 6,2 %.
  • Le risque d’accident vasculaire cérébral était de 1,5 % au jour 2, de 2,1 % au jour 7, de 2,8 % au jour 30, de 3,7 % au jour 90, et de 5,1 % au jour 365.
  • La présence de plusieurs infarctus aux examens par imagerie du cerveau, d’une athérosclérose affectant une artère importante et d’un score ABCD2 de 6 ou 7 ont été associés de manière significative à un risque d’accident vasculaire cérébral accru dans une analyse multivariée.

Conception de l’étude

  • Le risque d’accident vasculaire cérébral et les associations avec le score ABCD2, les résultats aux examens par imagerie du cerveau et la cause de l’AIT/accident vasculaire cérébral mineur ont été analysés chez 4 789 patients atteints d’un AIT/accident vasculaire cérébral mineur dans 61 centres répartis dans 21 pays.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études antérieures menées entre 1997 et 2003 ont estimé entre 12 et 20 % le risque d’accident vasculaire cérébral/de syndrome coronaire aigu durant les trois premiers mois suivant un AIT/accident vasculaire cérébral mineur.

Résumé PubMed
Texte intégral libre