L’espérance de vie en baisse dans les pays à hauts revenus ?

  • Ho JY & al.
  • BMJ
  • 15 août 2018

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’analyse des tables de mortalité de 18 pays de l’OCDE montre qu’une baisse de l’espérance de vie a été enregistrée en 2014-2015 dans les pays à hauts revenus. C’est la première fois au cours de ces dernières années qu’une baisse si importante est observée chez les hommes comme chez les femmes, et de façon simultanée dans autant de pays à hauts revenus. Mais alors que les maladies qui prévalent aux âges avancés rendent compte de l’essentiel de ce déclin dans la plupart des pays concernés, ce sont les overdoses liées aux opioïdes qui en sont le principal moteur aux États-Unis. Le rebond de l’espérance de vie en 2015-2016 observé dans la plupart des pays concernés par ce déclin indique qu’il s’agit probablement d’une fluctuation plutôt que d’une tendance de fond. Mais il sera nécessaire de prendre davantage de recul pour en juger.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

L’espérance de vie a fortement augmenté dans les pays développés au cours du 20e siècle et au début du 21e siècle, reflétant une amélioration de la santé et du bien-être des populations. Cependant, les données américaines montrent que depuis les années 1990, l’espérance de vie, même si elle progresse au même rythme, reste plus basse aux États-Unis par rapport à celle des autres pays à hauts revenus. De plus, des études récentes ont fait état d’une réduction de l’espérance de vie durant 2 années consécutives entre 2014 et 2016 (-0,3 ans sur l’ensemble de la période) aux États-Unis. Afin de mieux caractériser la baisse de l’espérance de vie constatée aux États-Unis, une équipe américaine a comparé son évolution à celle de 17 autres pays de l’OCDE sur la période 2014-2016 et a analysé les causes de décès susceptibles de l’influencer.

Méthodologie

Cette étude rétrospective observationnelle a recueilli les données récentes de mortalité toutes causes et de mortalité spécifique de 18 pays de l’OCDE de 2014 à 2016.

Les tables de mortalité ont été établies par sexe dans chaque pays pour les années, 1990, 1995, 2000 et 2005 et pour chaque année entre 2010 et 2016.

Résultats

  • Alors que l’espérance de vie a régulièrement augmenté entre 2010 et 2016, celle des États-Unis ne s’est que peu améliorée, affichant le plus faible gain d’espérance de vie (+0,19 pour les femmes et +0,04 pour les hommes) par comparaison aux autres pays de l’OCDE (+0,88 et +1,38 en moyenne). Un décalage semble s’être accru depuis 2010.
  • Une grande majorité des pays ont observé une baisse notable de l’espérance de vie à la naissance chez les femmes (12 pays sur 18 ; 0,21 an en moyenne) comme chez les hommes (11 sur 18 ; 0,18 an en moyenne) en 2014 et 2015, plus importante que celle observée aux États-Unis durant la même période.
  • Tous les pays concernés par une baisse de l’espérance de vie à la naissance, ont aussi affiché une baisse de l’espérance de vie au-delà de 65 ans, alors que la baisse concernait davantage l’espérance de vie entre 0 et 65 ans aux États-Unis.
  • L’analyse de la mortalité spécifique indiquait que les maladies respiratoires, cardiovasculaires, neurologiques (Alzheimer et autres) et les troubles psychiatriques rendaient compte de l’essentiel la baisse de l’espérance de vie dans tous les pays concernés sauf aux États-Unis.
  • La situation était très différente aux États-Unis puisque chez les femmes, les overdoses et les causes externes d’une part, et les maladies respiratoires et cardiovasculaires d’autre part, contribuaient à part presque égales au déclin de l’espérance de vie en 2014-2015. Alors que les overdoses et les causes externes rendaient compte de la quasi-totalité de ce déclin chez les hommes. Ces résultats sont fortement liés au mésusage d’opioïdes, d’héroïne et de fentanyl.
  • La plupart des pays qui ont observé une baisse de l’espérance de vie en 2014-2015 ont observé un rebond en 2015-2016. Mais les États-Unis et le Royaume Uni ont vu au contraire le déclin l’espérance de vie de leur population se poursuivre ou stagner.

Limitations

Il est possible que les grippes et les pneumonies aient été sous-rapportées sur les certificats de décès (non détectées ou décès associé à une autre pathologie).

La façon de rapporter ou de coder les causes de décès pouvait différer d’un pays à un autre.