L’ESMO publie ses premières recommandations concernant le SNG multigénique dans le cadre de la pratique clinique quotidienne


  • Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a publié de nouvelles recommandations concernant l’utilisation du séquençage nouvelle génération (SNG) multigénique des tumeurs pour un certain nombre de types de cancers, y compris l’utilisation systématique chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), d’un cholangiocarcinome, d’un cancer de la prostate et d’un cancer de l’ovaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première recommandation connue d’une société scientifique concernant l’utilisation du SNG dans le cadre de la pratique clinique quotidienne.

Recommandations principales

  • Pour évaluer les altérations de niveau I dans le cadre de l’adénocarcinome pulmonaire, du cancer de la prostate et du cholangiocarcinome.
  • Pour déterminer la présence de mutations somatiques de BRCA1/2 dans le cadre du cancer de l’ovaire.
  • Pour évaluer la charge mutationnelle tumorale dans le cadre des cancers du col de l’utérus, des tumeurs neuroendocrines modérément différenciées et des cancers des glandes salivaires, de la thyroïde et de la vulve.
  • Comme alternative à la réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR) dans le cadre du cancer du côlon, tant que cela n’entraîne pas un surcoût.
  • Peut être réalisé sur l’acide ribonucléique (ARN) ou l’acide désoxyribonucléique (ADN) chez les patients atteints d’un adénocarcinome pulmonaire, à condition que le panel inclue les fusions de niveau I.
  • Les panels de gènes plus importants peuvent uniquement être utilisés avec l’accord spécifique des organismes payeurs qui prennent en compte le coût global.
  • Il n’existe actuellement aucune indication pour le cancer du poumon épidermoïde, le cancer du sein, le cancer de l’estomac, le cancer du pancréas ou le cancer hépatocellulaire.
  • Les centres de recherche clinique doivent utiliser le SNG multigénique pour élargir l’accès à de nouveaux médicaments et accélérer le rythme de la recherche.