L’ESMO publie des recommandations relatives au traitement du cancer du rein

  • Escudier B & al.
  • Ann Oncol
  • 1 mai 2019

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a publié des recommandations relatives au traitement du carcinome à cellules rénales (CCR).

Recommandations principales

  • Maladie locale
    • Tumeurs T1 (moins de 7 cm) : proposer une néphrectomie partielle ; lorsque cela n’est pas possible, envisager une néphrectomie radicale (NR) laparoscopique. L’ablation par radiofréquence, l’ablation par micro-ondes ou la cryoablation sont des options pour les patients atteints de petites tumeurs corticales.
    • Tumeurs T2 (plus de 7 cm) : la NR laparoscopique est le traitement privilégié.
  • Maladie localement avancée
    • Tumeurs T3 et T4 : réaliser une NR ouverte ; une NR laparoscopique peut être envisagée.
  • CCR métastatique (CCRm) avancé
    • Réaliser une néphrectomie cytoréductrice chez les patients ayant un indice de performance satisfaisant, sauf chez les patients à risque intermédiaire/défavorable présentant des tumeurs primitives asymptomatiques.
    • Proposer une RT dans le cas d’une maladie non résécable et aux patients qui ne peuvent pas faire l’objet d’une chirurgie.
    • Envisager une RT palliative pour prévenir une progression au niveau des sites critiques.
    • CCRm avec métastases cérébrales : envisager des corticostéroïdes pour soulager temporairement les symptômes cérébraux, envisager une radiothérapie du cerveau entier (RTCE ; 20/30 Gy en 4–10 fractions) pour contrôler efficacement les symptômes.
    • Envisager une radiochirurgie stéréotaxique avec ou sans RTCE pour les patients ayant un bon pronostic, qui présentent une seule métastase cérébrale non résécable.
    • Groupe à risque favorable/intermédiaire : proposer des agents ciblant le facteur de croissance endothéliale vasculaire et des inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) en traitement systémique de première intention ; le tivozanib peut également être envisagé.
    • Groupe à risque intermédiaire/défavorable : l’association nivolumab et ipilimumab est recommandée ; le cabozantinib peut également être envisagé.
    • Envisager l’association nivolumab/cabozantinib en traitement de deuxième intention après les ITK et chez les patients précédemment traités par deux ITK.
    • Envisager l’association lenvatinib et évérolimus après les ITK.