L’ESMO publie des recommandations relatives au dépistage et à la prise en charge du cancer du sein

  • Cardoso F & al.
  • Ann Oncol
  • 4 juin 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a publié de nouvelles recommandations de pratique clinique relatives au dépistage et à la prise en charge (diagnostic, traitement et suivi) du cancer du sein précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations et la revue exhaustive de la littérature touchent à des sujets sensibles, tels que les mammographies facultatives entre 40–49 ans et le traitement du cancer du sein chez l’homme.

Protocole de l’étude

  • Une équipe pluridisciplinaire composée d’experts a réalisé une revue de la littérature et a formulé des recommandations, en indiquant la solidité des données à l’appui et l’ampleur du bénéfice.
  • Financement : Aucun.

Recommandations principales

  • Dépistage : les mammographies sont facultatives de 40–49 et de 70–74 ans, et elles sont recommandées (une fois par an ou une fois tous les deux ans) entre 50–69 ans.
    • Le rapport ne mentionne pas le dépistage après 74 ans.
  • Prise en charge : l’évaluation des lymphocytes infiltrant la tumeur (Tumor-Infiltrating Lymphocytes, TIL) a une valeur pronostique dans le cancer du sein triple négatif et dans les tumeurs positives au récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2). Cependant, le score TIL ne doit pas être utilisé pour prendre des décisions thérapeutiques ou pour l’escalade/la désescalade thérapeutique.
  • Cancer du sein chez l’homme : 
    • le tamoxifène constitue l’endocrinothérapie adjuvante standard.
    • Si le tamoxifène est contre-indiqué, un inhibiteur de l’aromatase ne doit pas être prescrit seul ; il convient d’y ajouter un agoniste de l’hormone de libération des gonadotrophines.
    • Les indications pour la chimiothérapie et le traitement anti-HER2, ainsi que les schémas utilisés, doivent être conformes à ceux qui sont recommandés pour les patientes.
  • Mastectomie :
    • Une chirurgie mammaire reconstructrice immédiate doit être proposée pour l’ensemble des sous-types, à l’exception du carcinome inflammatoire du sein.