L’ESMO publie des recommandations mises à jour sur le traitement du cancer de la prostate


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a publié une mise à jour en ligne de ses recommandations de traitement pour le cancer de la prostate.

Sur la base des résultats des essais STAMPEDE et HORRAD, la radiothérapie (RT) de la prostate est à présent recommandée en complément du traitement systémique standard comme une option pour le cancer de la prostate métastatique de faible charge nouvellement diagnostiqué.

L’essai de phase III STAMPEDE, qui a inclus plus de 2 000 patients, a montré que la RT de la prostate n’a pas amélioré la survie globale (SG) pour les patients non sélectionnés. La RT a toutefois amélioré la SG (de 73 % à 81 % à 3 ans) chez les personnes présentant une faible charge métastatique (définie selon les critères CHAARTED). Les résultats de l’essai HORRAD, lequel a inclus 432 patients, étaient cohérents avec ceux de l’essai STAMPEDE, en ne montrant aucun bénéfice sur le plan de la SG chez les patients non sélectionnés. La méta-analyse de ces deux essais a découvert que la RT de la prostate a amélioré la SG à trois ans de 7 % pour les hommes présentant moins de cinq métastases à la scintigraphie osseuse.

Une autre recommandation mise à jour préconise de ne pas administrer l’association acétate d’abiratérone et prednisone ou prednisolone et radium-223 aux patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique. Cette mise à jour s’est basée sur les résultats de l’essai ERA 223, qui a montré que l’association n’a pas amélioré la survie sans événement symptomatique touchant le squelette, mais qu’elle a été liée à un plus grand nombre de fractures.