L’ESMO publie des recommandations mises à jour sur la prise en charge du mélanome


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a publié des recommandations mises à jour sur la prise en charge du mélanome cutané. Les principales recommandations comprennent les suivantes :

Diagnostic

Dépistage obligatoire des mutations pour les mutations actionnables dans le cadre d’un mélanome résécable ou non résécable de stade III ou IV et de stade IIC réséqué à haut risque (non de stade I ou IIA-IIB).

Marge de sécurité pour l’excision :

  • 0,5 cm pour les mélanomes in situ ;
  • 1 cm pour les tumeurs inférieures à 2 mm ;
  • 2 cm pour les tumeurs supérieures ou égales à 2 mm.

Traitement de la maladie locorégionale

  • La dissection complète des ganglions lymphatiques (DCGL) n’est pas recommandée pour les patients présentant des ganglions lymphatiques sentinelles (GS) positifs.
  • La DCGL est indiquée pour les métastases locorégionales isolées des ganglions lymphatiques cliniquement détectables.
  • Une radiothérapie adjuvante est indiquée pour les tumeurs locales de mélanome à lentigo malin (MLM) aux marges inadéquates, pour une tumeur microscopique à la marge (R1) ou après la résection d’une maladie volumineuse.
  • Un traitement adjuvant par anticorps anti-mort cellulaire programmée 1 (Programmed cell Death 1, PD-1) ou un traitement par dabrafénib/tramétinib sont privilégiés.

Traitement de la maladie avancée (stade III et IV non résécable)

  • Ablation chirurgicale ou irradiation stéréotaxique de la récidive locorégionale ou d’une métastase à distance unique.
  • Les traitements de première et de seconde intention comprennent les anticorps anti-PD-1, les inhibiteurs PD-1 et l’ipilimumab, et l’association d’inhibiteurs de BRAF/MEK (BRAFi/MEKi) pour le mélanome avec mutation de BRAF.
  • Pour les métastases cérébrales, l’ipilimumab/nivolumab est le traitement de première intention privilégié.
  • Pour les patients dont le traitement systémique a échoué, la radiochirurgie stéréotaxique pourrait être envisagée comme traitement de rattrapage si le nombre total de lésions évolutives est supérieur à 5–10, avec un diamètre maximal inférieur à 3 cm.