L’ESMO met à jour ses recommandations relatives au traitement du cancer du côlon

  • ESMO guidelines

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) met à jour ses recommandations relatives à la prise en charge du cancer du côlon local/régional.

Pourquoi est-ce important ?

Points clés

  • Tumeurs de stade II :
    • Un suivi est recommandé en cas de maladie à faible risque.
    • Les tumeurs à risque élevé doivent être traitées par chimiothérapie adjuvante à base de fluoropyrimidine. Un risque élevé est défini comme un stade T4 avec moins de 12 ganglions lymphatiques examinés, une perforation ou une occlusion tumorale primaire, ou une tumeur de grade 3 sans instabilité microsatellitaire.
    • Les tumeurs à risque très élevé (microsatellites stables et stade T4 ou au moins un autre facteur de risque) sont candidates à l’ajout d’oxaliplatine.
    • Les tumeurs à risque élevé sont candidates à un traitement de trois mois par CAPOX (capécitabine et oxaliplatine).
  • Tumeurs de stade III :
    • Le choix de traitement adjuvant peut inclure une stratification selon le risque élevé (T4 et/ou N2) et le risque faible (T1–3, N1), mais cela repose sur une association post-hoc et non significative pour l’interaction identifiée dans le cadre de l’analyse IDEA.
    • La durée du traitement adjuvant à base d’oxaliplatine peut être adaptée à :
      • 3 mois pour CAPOX (maladie T1–3 N1).
      • 6 mois pour CAPOX (maladie T4 ou N2).
      • 6 mois pour le schéma 5-fluorouracile, leucovorine et oxaliplatine (T4 ou N2).
    • Les patients ne pouvant pas recevoir d’oxaliplatine peuvent recevoir 6 mois de perfusion de capécitabine ou de LV5FU2 (de Gramont).