L’ESMO met à jour les recommandations relatives au cancer du pancréas

  • European Society for Medical Oncology

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a publié une mise à jour de ses recommandations de pratique clinique de 2015 relatives au diagnostic, au traitement et au suivi du cancer du pancréas.

Pourquoi est-ce important ?

Points clés

  • L’essai ESPAC-4 (n = 732) a démontré une amélioration de la survie sans rechute (RR : 0,86 ; P = 0,082) et de la SG (RR : 0,82 ; P = 0,032) avec l’association gemcitabine et capécitabine, comparativement à la gemcitabine seule.
  • L’essai PRODIGE 24/CCTG PA.6 a démontré une amélioration de la SSM (RR : 0,59 ; IC à 95 % : 0,47–0,74) et de la SG (RR : 0,66 ; IC à 95 % : 0,49–0,89) avec un schéma modifié de FOLFIRINOX (mFOLFIRINOX), comparativement à la gemcitabine seule, avec un taux plus important de toxicités de grade 3–4.
  • Après la résection pancréatique chez des patients sélectionnés et en bonne santé, le schéma mFOLFIRINOX doit être le premier choix de traitement adjuvant. Cette recommandation s’appuie sur les résultats de survie et sur le profil de toxicité du traitement.
  • L’association gemcitabine/capécitabine constitue une alternative pour les patients fragiles, c’est-à-dire les patients âgés de plus de 70 ans ou ayant un score d’état général du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte Est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group, ECOG) de 2. Elle est également disponible pour les patients présentant des contre-indications aux médicaments utilisés dans le schéma FOLFIRINOX.
  • La gemcitabine seule doit uniquement être utilisée chez les patients fragiles.