L’ESMO met à jour les recommandations relatives au cancer du col de l’utérus avec une modification importante du traitement du cancer de stade précoce

  • ESMO
  • 1 avr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a mis à jour ses recommandations de pratique clinique de 2017 relatives au traitement du cancer du col de l’utérus, pour modifier le traitement primaire dans le cadre de la prise en charge de la maladie locale/locorégionale.

Recommandation principale

  • En cas de cancer du col de l’utérus de stades IA2, IB et IIA, selon la classification de la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (FIGO), une hystérectomie radicale réalisée par laparoscopie ou chirurgie assistée par robot ne peut pas être considérée comme le traitement privilégié, comparativement à la chirurgie ouverte.
  • Une consultation avec les patientes concernant les risques et les bénéfices des différentes procédures est conseillée.
  • Cette mise à jour s’appuie sur un essai randomisé de phase III et sur une étude épidémiologique.
  • L’essai randomisé de phase III LACC a évalué 631 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IA1, IA2 ou IB1 avec un sous-type histologique de carcinome épidermoïde, d’adénocarcinome ou de carcinome adéno-épidermoïde.
    • Les patientes ont été affectés de manière aléatoire pour faire l’objet d’une chirurgie mini-invasive (CMI ; laparoscopie ou assistée par robot) ou d’une chirurgie ouverte conventionnelle.
    • La CMI était associée à des taux plus faibles de :
      • survie sans maladie : 91,2 %, contre 97,1 % à 3 ans ;
        • rapport de risque (RR) de 3,74 (IC à 95 % : 1,63–8,58). 
      • survie globale (SG) : 93,8 %, contre 99,0 % à 3 ans ;
        • RR de 6,00 (IC à 95 % : 1,77–20,30).
  • Une étude épidémiologique menée auprès de 2 461 femmes atteintes d’une maladie de stade IA2/IB1 a révélé que la CMI était associée à une réduction significative de la SG à 4 ans, comparativement à la chirurgie ouverte (RR : 1,65 ; P = 0,002).