L’ESMO-EURACAN publie des directives thérapeutiques pour les TSGI

  • Casali PG & al.
  • Ann Oncol
  • 28 mai 2018

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) et le Réseau européen de référence pour les cancers à tumeurs solides rares de l’adulte (European Reference Network for Rare adulte solid Cancers, EURACAN) ont publié des directives relatives au diagnostic, au traitement et au suivi des tumeurs stromales gastro-intestinales (TSGI) cliniquement pertinentes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les TSGI sont rares, leur incidence non ajustée estimée étant d’environ 1/100 000/an, et elles sont associées à un certain nombre de syndromes.

Points clés

  • Les tests diagnostiques standard incluent l’analyse mutationnelle dans tous les cas, l’évaluation par échographie endoscopique pour les nodules œsophago-gastriques ou duodénaux mesurant moins de 2 cm, et la biopsie/l’excision pour les tumeurs d’au moins 2 cm.
  • Le traitement standard des TSGI localisées est l’excision chirurgicale complète, sans dissection des ganglions lymphatiques cliniquement négatifs.
  • L’approche laparoscopique n’est pas recommandée pour les tumeurs de taille importante.
  • La résection R1 est acceptable dans certains cas.
  • Le traitement adjuvant par imatinib pendant trois ans est recommandé pour les patients présentant un risque de récidive élevé, mais doit être évité en cas de TSGI avec mutation PDGFRA D842V ou de maladie liée au NF1 avec une expression négative du succinate déshydrogénase.
  • L’imatinib 400 mg/jour constitue le traitement standard de la maladie localement avancée inopérable et métastatique, ainsi que pour les patients atteints d’une maladie métastatique réséquée.
  • Le traitement de deuxième intention standard est le sunitinib.
  • Le traitement de troisième intention standard est le régorafénib 160 mg/jour pendant trois semaines sur quatre.
  • Aucune donnée n’est disponible sur le suivi optimal, le suivi varie donc selon l’établissement.