L’ESC propose que les cardiologues puissent pratiquer la thrombectomie mécanique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Conseil sur l’accident vasculaire cérébral de la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology, ESC) et l’Association européenne des interventions cardiovasculaires percutanées (European Association of Percutaneous Cardiovascular Interventions) ont appelé les autorités de santé nationales à permettre aux cardiologues interventionnels de pratiquer sur les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral la thrombectomie mécanique dans les régions connaissant une pénurie de médecins spécialistes formés en la matière.

Même si la thrombectomie mécanique est à l’heure actuelle pratiquée par des neuroradiologues interventionnels en Europe, il existe actuellement une pénurie de médecins spécialistes dans ce domaine, le Conseil soulignant à quel point même les pays les mieux dotés en spécialistes, comme l’Allemagne, les Pays-Bas et la République tchèque, ne disposent que d’effectifs suffisants pour traiter environ un tiers des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique aigu.

Le Conseil sur l’accident vasculaire cérébral de l’ESC propose que les cardiologues interventionnels puissent recevoir trois mois de formation sur la pratique de la thrombectomie mécanique au lieu des deux ans habituellement requis pour les autres médecins. « Nous avons des indications qu’après une courte période de formation sur cet acte, les cardiologues interventionnels traitant un accident vasculaire cérébral ischémique aigu parviennent aux mêmes résultats que les neuroradiologues interventionnels classiques », a indiqué le professeur Petr Widimsky, président du Conseil sur l’accident vasculaire cérébral de l’ESC. 

Le professeur Widimsky a déclaré que la décision d’autoriser les cardiologues interventionnels à pratiquer cet acte relève des autorités de santé nationales.

Les propositions ont été présentées lors de l’EuroPCR 2018.