L’ertugliflozine réduit les événements liés à l’insuffisance cardiaque dans le cadre du DT2

  • Cosentino F & al.
  • Circulation
  • 7 oct. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ertugliflozine réduit les premières hospitalisations pour cause d’insuffisance cardiaque (HIC), le nombre total d’HIC ainsi que le nombre total de décès d’origine cardiovasculaire (CV)/suite à une HIC, chez les patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’un DT2 présentent un risque élevé d’insuffisance cardiaque (IC).

Méthodologie

  • Une analyse secondaire préspécifiée de l’essai VERTIS CV a été réalisée. 
  • 8 246 patients atteints d’un DT2 et d’une maladie CV (MCV) athéroscléreuse.
    • 1 958 patients avaient auparavant présenté une IC, 
    • 959 patients avaient une fraction d’éjection (FE) inférieure ou égale à 45 %, et 
    • tous les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’ertugliflozine 1 fois par jour à raison de 5 mg ou de 15 mg, ou un placebo.
    • La durée de suivi moyenne était de 3,5 ans.
  • Financement : Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis ; Pfizer.

Principaux résultats

  • Première HIC chez :
    • 2,5% des patients recevant l’ertugliflozine (doses combinées), contre 3,6 % des patients recevant un placebo.
    • Rapport de risque (RR) : 0,70 (0,54–0,90). 
  • Aucune différence n’a été observé concernant le premier décès d’origine CV/suite à une HIC entre les groupes (RR : 0,88 ; IC à 95 % : 0,75–1,03).
  • Après des corrections pour prendre en compte la présence d’une IC à l’inclusion et d’antécédents de MCV, des réductions du rapport des taux ont été constatées (IC à 95 %) avec l’ertugliflozine pour : 
    • le nombre total d’HIC : 0,70 (0,56–0,87) ; 
    • le nombre de décès par HIC et MCV : 0,83 (0,72–0,96).
  • Une réduction du risque similaire a été observée en présence d’antécédents d’IC (RR : 0,63 ; IC à 95 % : 0,44–0,90), par rapport à leur absence (0,79 ; 0,54–1,15 ; Pinteraction = 0,40).
  • Indépendamment d’un antécédent d’IC, l’effet sur le nombre de décès par HIC et MCV était plus important en cas de FE inférieure ou égale à 45 % (RR : 0,60 ; IC à 95 % : 0,45–0,81), par rapport à une FE supérieure à 45 % (0,86 ; 0,70–1,07).

Limites

  • La FE de référence provient de dossiers médicaux et non d’une mesure effectuée à l’inclusion.
  • Données relatives à la FE manquantes pour 40 % des patients.
  • Les sous-groupes ne présentaient pas la puissance nécessaire pour atteindre la significativité statistique.
  • Les analyses n’ont pas été corrigées pour prendre en compte la multiplicité.