L’épuisement professionnel a été inclus dans la classification internationale des maladies


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’épuisement professionnel a été inclus dans la 11e révision de la classification internationale des maladies (CIM­-11) en tant que « phénomène lié au travail ». 

Même s’il n’est pas classé en tant qu’affection médicale, l’épuisement professionnel est défini en tant que « syndrome conceptualisé comme résultant d’un stress chronique sur le lieu de travail qui n’a pas été correctement géré ». Il se caractérise par trois dimensions, à savoir : un sentiment de manque d’énergie ou d’épuisement, une hausse de la distance psychologique vis-à-vis du travail ou des sentiments de négativisme ou de cynisme liés au travail et une perte d’efficacité professionnelle. Même si l’épuisement professionnel était déjà inclus dans la CIM-10, cette dernière définition est plus détaillée.

L’initiative a été saluée par l’Association médicale mondiale, qui a déclaré que la nouvelle classification de l’OMS permettra de mettre l’accent sur la façon dont l’épuisement professionnel affecte les médecins du monde entier.

« Pendant trop longtemps, l’épuisement professionnel chez les médecins a été en grande partie ignoré. Les médecins épuisés sur le plan émotionnel sont un danger pour les patients, mais également pour eux-mêmes. Le coût sur le plan des vies humaines et sur le plan financier est effroyable. 

« Le nombre de suicides chez les médecins dus à l’épuisement professionnel est un scandale et j’espère que la nouvelle classification de l’OMS mettra en lumière cette situation indigne », a déclaré le président de l’AMM, le Dr Leonid Eidelman.