L’EMA recommande de mesurer la DPD avant d’initier un traitement par fluorouracile IV

  • European Medicines Agency
  • 13 mars 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’Agence européenne des médicaments (European Medicines Agency, EMA) a recommandé que les patients atteints d’un cancer fassent l’objet d’un dépistage du déficit en dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD) avant l’instauration d’un traitement à base de fluorouracile par voie intraveineuse (IV).
  • La recommandation s’applique également à la capécitabine et au tégafur, qui sont des promédicaments du fluorouracile.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un déficit complet en DPD augmente le risque d’effets secondaires graves et engageant le pronostic vital associés au fluorouracile.

Points clés

  • Le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee, PRAC) de l’EMA indique que le taux de déficit en DPD est faible dans la population d’origine ethnique blanche (8 % avec un taux faible et 0,5 % avec un déficit complet).
  • Bien que le fluorouracile IV, la capécitabine et le tégafur soient totalement contre-indiqués chez les patients présentant un déficit complet en DPD connu, une dose initiale plus faible peut être utilisée chez les patients présentant un déficit partiel.
  • Le PRAC recommande que les dépistages puissent être réalisés en mesurant le taux sanguin d’uracile, un métabolite de la DPD, ou en identifiant des mutations génétiques spécifiques de la DPD associées à des effets secondaires graves.
  • Une surveillance régulière du taux sanguin de fluorouracile est justifiée chez les patients recevant des perfusions continues du médicament.
  • Le dépistage a été exclu pour la flucytosine, un antifongique qui est également converti en fluorouracile après l’administration, afin d’éviter tout retard de traitement.
  • Il n’est pas nécessaire de tester les patients traités par fluorouracile topique.