L’EMA examine le risque d’erreurs posologiques avec le méthotrexate


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Agence européenne des médicaments (European Medicines Agency, EMA) a lancé un examen portant sur le risque d’erreurs posologiques concernant des médicaments contenant du méthotrexate.

L’EMA affirme que certains patients ayant reçu du méthotrexate pour des maladies inflammatoires ont reçu un traitement à des doses plus élevées ou plus fréquentes que celles indiquées pour le traitement du cancer. « Des erreurs ont conduit certains patients à recevoir incorrectement une dose quotidienne plutôt qu’hebdomadaire. Des patients ont ainsi reçu une dose trop importante du médicament, ce qui a entraîné de graves conséquences dans certains cas », a précisé l’agence.

Le risque d’erreurs posologiques avec le méthotrexate est reconnu depuis de nombreuses années et plusieurs mesures sont déjà en place dans certains pays de l’Union européenne (UE) pour réduire ce risque, notamment l’utilisation de rappels visuels sur les boîtes de médicaments. Toutefois, un récent rapport périodique actualisé de sécurité d’emploi (periodic safety update report, PSUR) a révélé que des événements indésirables graves liés à des cas de surdosage, y compris des décès, continuent de se produire. L’organisme espagnol de réglementation des médicaments, l’AEMPS, a demandé à l’EMA d’examiner de manière plus approfondie les raisons pour lesquelles des erreurs posologiques continuent de se produire, afin d’identifier des mesures permettant d’éviter de telles erreurs.

Le Comité d’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Pharmacovigilance Risk Assessment Committee, PRAC) de l’EMA va à présent examiner les données probantes disponibles et établir si d’autres mesures sont nécessaires pour minimiser le risque d’erreurs posologiques.