L’électroporation irréversible s’avère prometteuse dans le cadre du cancer du pancréas localement avancé

  • Ruarus AH & al.
  • Radiology
  • 5 nov. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’électroporation irréversible (EIR) a semblé prolonger la survie, comparativement à la chimiothérapie, dans le cadre du cancer du pancréas localement avancé. Cependant, la procédure est risquée et associée à un taux de complications élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont confirmé le profil de sécurité d’emploi de l’EIR et ont mis en avant des données probantes en faveur de son efficacité, mais il s’agissait d’études rétrospectives.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II multicentrique à bras unique (PANFIRE, n = 50) a été mené.
  • Financement : Fondation nationale néerlandaise de lutte contre le cancer ; Fondation pour le traitement guidé par imagerie du cancer ; AngioDynamics.

Principaux résultats

  • L’EIR est principalement non thermique et utilise des impulsions électriques à haute tension entre des électrodes aiguilles placées à proximité de la tumeur. Le traitement altère la membrane cellulaire, ce qui entraîne la mort cellulaire programmée.
  • 40 patients étaient atteints d’un cancer du pancréas localement avancé, tandis que 10 présentaient une récidive locale après une pancréatoduodénectomie avec conservation du pylore ou une pancréatectomie distale associée à une splénectomie.
  • 34 sujets ont reçu une chimiothérapie avant l’EIR, principalement à base de FOLFIRINOX (oxaliplatine, irinotécan, 5-fluorouracile et leucovorine ; n = 28 ; 2–15 cycles).
  • Le taux de complications global était de 58 %.
  • La survie globale (SG) médiane était de 17 mois (IC à 95 % : 15–19), ce qui était plus élevé que la SG médiane cible de 11,6 mois, sur la base d’un traitement par chimiothérapie seule. La SG était similaire entre les patients ayant préalablement reçu un traitement par FOLFIRINOX et ceux traités par gemcitabine ou n’ayant reçu aucune chimiothérapie (rapport de risque [RR] : 1,1 ; P = 0,70).
  • Aucun cas de revue à la baisse du stade de la tumeur en résécable n’a été rapporté après l’EIR.

Limites

  • Petite population. Pas de témoins.