L’EJD soutient des propositions visant à protéger les lanceurs d’alerte


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Association européenne des médecins en formation (European Junior Doctors Association, EJD) a salué la proposition de directive de l’Union européenne (UE) relative à la protection des personnes rapportant des violations aux lois de l’UE, et a déclaré qu’une amélioration des conditions pour les médecins « lanceurs d’alerte » pouvait également conduire à une amélioration des conditions de travail.

La nouvelle directive imposera la création de canaux sécurisés pour signaler des préoccupations et fournir un haut niveau de protection aux lanceurs d’alerte contre les représailles. Le Conseil européen a adopté sa position sur la directive la semaine dernière et va à présent entamer des négociations avec le Parlement européen sur le sujet. 

Dans un communiqué, l’EJD a souligné l’importance potentielle de la directive pour les employés en Europe, en indiquant que les médecins en formation « constituent une partie particulièrement vulnérable des effectifs », étant donné qu’ils sont principalement employés de façon temporaire et qu’ils changent souvent d’affectation durant cette période de formation. L’EJD a par ailleurs signalé que les médecins en formation travaillent de plus en plus par-delà les frontières, au sein de plusieurs juridictions, et qu’ils sont confrontés à des difficultés du fait de leur impossibilité de dépendre d’un seul niveau minimal de protection dans l’UE.

« L’EJD appuie l’adoption de cette directive, car l’amélioration de la protection des médecins lanceurs d’alerte aboutira, à notre avis, à des progrès significatifs concernant les conditions de travail des médecins en formation et à une amélioration du même ordre pour les employés et pour la sécurité des patients en Europe », a-t-il été indiqué.