L’efficacité des inhibiteurs de point de contrôle est supérieure chez les patients atteints d’un CBNPC qui ont un IMC élevé

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un indice de masse corporelle (IMC) élevé était associé à une meilleure survie, chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) et recevant un traitement de deuxième intention ou ultérieur par inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont suggéré que l’IMC était associé à l’efficacité des IPCI dans le cadre des tumeurs solides telles que les mélanomes, mais le lien entre l’IMC et l’efficacité des IPCI chez les patients atteints d’un CBNPC n’était pas évident.

Protocole de l’étude

  • 84 patients atteints d’un CBNPC avec une expression du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death-Ligand 1, PD-L1) d’au moins 50 % et ayant reçu un traitement de première intention par pembrolizumab (cohorte 1), et 429 patients atteints d’un CBNPC et ayant reçu du nivolumab/pembrolizumab/atézolizumab comme traitement de deuxième intention ou traitement ultérieur (cohorte 2), ont été évalués.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’IMC n’était pas associé à la survie dans la cohorte 1.
  • Les patients de la cohorte 2, qui avaient un IMC élevé, ont obtenu une amélioration significative de la survie sans progression (SSP ; 3,7 mois, contre 2,8 mois ; P = 0,036) et de la survie globale (SG ; 15,4 mois, contre 13,5 mois ; P = 0,021), comparativement aux patients qui avaient un IMC bas.
  • Les patients ayant un IMC élevé et une expression de PD-L1 d’au moins 50 % ont obtenu une amélioration significative de la SSP (17,0 mois, contre 3,5 mois ; P = 0,007) et de la SG (non atteinte, contre 16,1 mois ; P = 0,031), comparativement aux patients avec un IMC bas et/ou une expression de PD-L1 inférieure à 50 %.
  • Les patients ayant une expression de PD-L1 d’au moins 50 % ont obtenu une amélioration significative de la SSP (9,4 mois, contre 2,8 mois ; P 

Limites

  • Étude rétrospective.