L’effet protecteur contre les MCV apporté par les SGLT-2I et les GLP-1RA varie-t-il en fonction du sexe ?

  • Singh AK & al.
  • Diabetes Metab Syndr
  • 26 févr. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une méta-analyse a montré une réduction significative des événements cardiaques indésirables majeurs (ECIM) avec les agonistes des récepteurs du glucagon-like peptide-1 (glucagon-like peptide-1 receptor agonists, GLP-1RA) chez les deux sexes, mais les différences en termes d’ECIM avec les inhibiteurs des cotransporteurs sodium-glucose de type 2 (sodium-glucose cotransporter-2 inhibitors, SGLT-2I) étaient uniquement significatives chez les hommes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les récentes lignes directrices de consensus européennes/américaines ont recommandé les SGLT-2I ou les GLP-1RA, en tant que médicaments de seconde intention après la metformine ou en tant que médicaments de première intention chez les patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2) présentant une maladie cardiovasculaire (MCV) établie, sur la base de données agrégées provenant d’essais sur l’issue cardiovasculaire (EICV) contrôlés et randomisés.
  • Les différences selon le sexe n’avaient pas été évaluées auparavant. 

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 3 EICV portant sur les SGLT-2I (n = 34 322) et de 7 EICV portant sur les GLP-1RA (n = 56 004), par rapport à un placebo.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Avec les SGLT-2I, une réduction significative a été observée concernant les ECIM chez les hommes (rapport de risque [RR] : 0,90 ; P = 0,006), mais pas chez les femmes (RR : 0,88 ; P = 0,06).
  • Avec les GLP-1RA, des réductions significatives et similaires ont été constatées chez les hommes (RR : 0,88 ; P 

Limites

  • Aucune donnée à l’échelle individuelle du patient.
  • Hétérogénéité modérée dans les études sur les GLP-1RA chez les femmes.
  • Il n’est pas clairement établi si les résultats différentiels sont liés à une puissance statistique inadéquate en raison de la sous-représentation des femmes ou à une véritable différence liée au sexe.