L’effet des antécédents familiaux sur le type de migraine avec ou sans aura diffère selon le sexe

  • Hsu YW & al.
  • PLoS ONE
  • 1 janv. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les antécédents familiaux de migraine sont associés à une apparition significativement plus précoce de la migraine, en particulier de la migraine sans aura et chez les femmes.
  • Chez les patients de sexe masculin, les antécédents familiaux de migraine sont plus fréquents en présence d’une migraine épisodique sans aura qu’en présence d’une migraine chronique sans aura.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les personnes ayant des antécédents familiaux de migraine étaient plus de deux fois plus susceptibles d’avoir des migraines que celles sans antécédents familiaux, dans cette étude.

Protocole de l’étude

  • Une étude transversale a été menée auprès de 1 184 participants (âgés de 20 à 60 ans), ayant inclus 885 patients atteints d’une migraine et 299 patients sans migraine, de 2015 à 2018.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les antécédents familiaux ont été associés à un âge d’apparition de la migraine plus précoce :
    • 20,7 ans, contre 22,9 ans (P = 0,002).
  • Ce lien avec une apparition plus précoce s’est avéré particulièrement important :
    • pour la migraine sans aura : 21 ans, contre 23,7 ans pour la migraine avec aura (P = 0,002) ; et
    • chez les femmes : 20,9 ans, contre 23,9 ans (P = 0,002).
  • La présence d’antécédents familiaux était plus fréquente chez les patients de sexe masculin atteints d’une migraine épisodique que chez les patients atteints d’une migraine chronique :
    • 49,5 % contre 26 % (P 
  • Elle était en particulier plus fréquente chez les patients de sexe masculin qui étaient atteints d’une migraine épisodique sans aura que chez les patients atteints d’une migraine chronique sans aura :
    • 50,3 % contre 21,9 % (P = 0,003).
  • Les patients de sexe féminin atteints d’une migraine avec aura avaient moins fréquemment d’antécédents familiaux en présence d’une migraine épisodique qu’en présence d’une migraine chronique :
    • 58,7 % contre 73,7 % (P = 0,048).

Limites

  • Les données sont basées sur un questionnaire rempli par les patients et sur des entretiens.