L’ECDC met en évidence des « insuffisances en matière de PrEP » au VIH pour les hommes dans l’UE


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dans l’Union européenne (UE), près d’un demi-million d’hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes ont besoin d’une prophylaxie pré-exposition au VIH (PRe-Exposure Prophylaxis, PrEP), mais n’y ont pas accès, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC).

Un article publié dans la revue Eurosurveillance présente des données issues des programmes de surveillance de l’ECDC et de l’Étude Internet européenne sur la sexualité entre hommes (EMIS-2017), laquelle souligne des « insuffisances en matière de PrEP ».

Les auteurs du Fonds national britannique pour le SIDA (National AIDS Trust, NAT), de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres (London School of Hygiene and Tropical Medicine), de la Santé publique d’Angleterre (Public Health England) et de l’ECDC ont utilisé des données issues de l’Étude EMIS-2017, pour comparer la proportion d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) qui avaient indiqué être « très susceptibles » de recourir à la PrEP si elle leur était accessible, avec la proportion d’hommes ayant actuellement recours à la PrEP selon toutes les sources disponibles. Les insuffisances estimées en matière de PrEP variaient de 44,8 % en Russie à 4,3 % au Portugal.

L’estimation globale qui a été calculée pour l’UE, concernant les insuffisances en matière de PrEP, s’élève à 17,4 %, ce qui équivaut à 500 000 HSH (IC à 95 % : 420 000–610 000) très susceptibles de recourir à la PrEP mais n’y ayant actuellement pas accès.

L’auteur principal, Rosalie Hayes, a déclaré que ces résultats sont très inquiétants et devraient servir de signal d’alarme aux pays de l’UE.